Une journée pour comprendre la maladie d’Alzheimer

Aujourd’hui, en France, 900 000 personnes souffrent de la maladie d’Alzheimer, en 2020, on estime à 3 millions les personnes concernées par la pathologie en comptabilisant les malades et les aidants. Depuis 1994, une journée mondiale est organisée afin de sensibiliser et d’informer le grand public à cette maladie si particulière. 

« Soyez doux, soyez compréhensif, ne négligez pas le dialogue. »

À Six-Fours-Les-Plages, des intervenants répondaient à toutes les questions auprès des stands placés sur le parvis de la mairie. Sur les coups des onze heures, le maire de la commune, Jean Sébastien Vialatte, officiant dans le médical, venait remercier les acteurs de cette journée. Il expliquait alors : « Il ne faut jamais oublier qu’un malade reste une personne humaine et doit garder toute sa dignité. Lorsque je rencontre des infirmières en devenir qui sont en stage ou en formation, la première chose que je leur confie alors est : « Traitez la personne qui reçoit les soins comme vous aimeriez être traité. Soyez doux, soyez compréhensif, ne négligez pas le dialogue ».

Une projection gratuite dans le grand cinéma de la ville suivie de l’intervention d’un médecin.

Quelques heures plus tard, dans le grand cinéma de la ville, un film gratuit était projeté : La Finale.

La séance, offerte par le CCAS, était suivie de l’intervention d’un médecin. Il expliquait alors : « À partir d’un certain âge, l’inquiétude arrive vite. On oublie ses clefs à 30 ans, ce n’est pas grave. On fait la même chose à 70 ans, et d’un coup on s’imagine le pire. Être atteint de la maladie d’Alzheimer, c’est être désorienté dans le temps et dans l’espace ».

« N’essayez pas d’expliquer à un malade qu’il est malade ».

Il reprend : « Il faut garder en tête qu’il y a une vie après la maladie. Il reste la famille, les plaisirs simples. N’essayez pas d’expliquer à un malade qu’il est malade. Ça ne sert à rien. Prenez les choses avec intelligence et humour. Si la personne de votre entourage atteinte de maladie oublie de se nourrir, ne lui imposez pas un inconnu chargé de surveiller son alimentation, c’est réducteur et déstabilisant. Dîtes à la personne qu’elle doit nouer des liens avec, jusqu’à ce que le malade pense recevoir un compagnon chaque midi ». 

Pendant une petite heure après la séance, le public a questionné les intervenants présents sur place.

« La conséquence de la maladie : l’enregistreur à souvenir est cassé ».

Il termine : « Si les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer parviennent à se souvenir de leur enfance, mais pas de ce qu’ils ont mangé la veille, c’est normal ! La maladie casse l’enregistreur, les nouveaux souvenirs ont du mal à se créer mais les anciens, déjà ancrés, ne se détériorent pas. »

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !