Six-Fours, Conseil Municipal : Ambiance électrique, quatre étincelles et une explosion

L’ambiance était électrique mercredi dernier en fin de conseil municipal à Six-Fours. Si l’ordre du jour ne comptait que 18 points et a duré une petite heure, les échanges entre le maire de la commune Jean Sébastien Vialatte et son opposant Frédéric Boccaletti (Rassemblement National) ont été explosifs. 

Peu de délibérations avant juin :

En début de séance, Erik Tamburi (Debout la France) s’est étonné du nombre de points débattus: « Ça semble dérisoire, à quoi servons nous? ». Le premier magistrat répond : « Nous sommes réunis aujourd’hui dans le cadre du FRAT (Le Fonds Régional d’aménagement du territoire) pour la création des stationnements paysagers au Parc de la Méditerranée. Nous avons des délais à respecter, mais que personne ne s’inquiète, le prochain conseil municipal qui aura lieu en juin, sera conséquent et devrait nous prendre à tous un bon après-midi ». 

Une erreur de dénomination sème la discorde: 

Le premier sujet de la discorde est apparu lorsque les élus ont dû voter l’adhésion de la ville au dispositif « e-pass jeunes ». Frédéric Boccaletti a alors pris la parole : « Si nous sommes d’accord sur le principe, car nous avons voté en faveur de cette idée au Conseil Départemental, je dois signaler ici qu’il y a une erreur dans la rédaction de la convention. La Région Sud n’existe pas, c’est une opération purement marketing. Réaliser un document administratif à ce nom est une chose illégale. La Région n’a pas changé de dénomination, elle s’appelle toujours Paca, voter ne sert à rien. » Jean Sébastien Vialatte tempère : « Le document est déjà passé dans plusieurs mains sans que cela ne pose de problème, ce n’est pas nous qui appelons la Région Sud, c’est indiqué de cette manière dans les documents des partenaires, cependant, nous allons tout de même modifier le document et remplacer Sud par Paca ».

Des échanges de texto lus pendant le conseil :

Si le sujet de la motion demandant à TPM de garantir la pérennité d’une gestion publique de l’eau potable à Six-Fours est récurrent lors des conseils municipaux depuis plusieurs mois, la lecture des échanges de textos entre les deux hommes politiques a mis le feu aux poudres. Jean Sébastien Vialatte a d’abord tenté d’expliquer: « Le sujet a été abordé durant le dernier conseil communautaire, M. Hubert Falco a dit que cela resterait d’ordre publique et c’est inscrit noir sur blanc dans le compte rendu donc il n’y a pas lieu de s’inquiéter. » Frédéric Boccaletti reprend : « M. Falco n’est pas TPM, il faut demander une motion, vous m’aviez dit que ce serait fait via un texto de votre secrétariat. J’ai le texto en poche, je peux le prouver, ne mentez pas ». Après la lecture des échanges, le premier magistrat conclut dans un soupire : « Je vous ai dit que la motion sera votée, donc ce sera fait ». Erik Tamburi interroge : « Mais ce sera la même que celle dont nous avions parlé lors du dernier conseil ? » « Non, répond le maire de la commune, elle inclura également la ville de La Garde ». Plus tard, la tension est montée crescendo.

Deux questions de Frédéric Boccaletti ajoutées à l’ordre du jour :

Aux 18 ordres du jour votés durant la première heure, deux questions de Frédéric Boccaletti ont été ajoutées à la discussion. La première concerne les Fichés S connus sur la commune, la seconde la suppression des panneaux d’expression libre dans la ville.

Les Fichés S au centre du débat :

Le maire de la commune explique: « La circulaire du 13 novembre 2018 renforce les échanges entre Préfets et Maires en matière de radicalisation, elle prévoit que les Préfets informeront les maires qui font la demande sur l’état général de la menace sur leur territoire. Vous comprendrez donc qu’il s’agit d’une compétence du Maire et non du Conseiller Municipal, et que ce type de sujet ne peut relever du débat public. (…) Les contacts nécessaires sont pris, les actions qui peuvent l’être le sont. Vous allez être obligé de me faire confiance sur ce point. »

Il reprend : Et puisque vous me rappelez mes obligations, permettez-moi de vous rappeler les vôtres, vous êtes peut-être le premier parti de France … mais pas pour tenir les bureaux de vote dans votre ville à en croire les derniers textos que vous m’avez envoyés ! » Frédéric Boccaletti rétorque: « Je pose une question sur les Fichés S, on me répond bureau de vote ! Ça y est, on est en campagne! »

La conversation au sujet des panneaux d’expression libre fait éclater la mésentente.

Jean-Sébastien Vialatte explique : « Un panneau est installé à la citadelle. Pour le reste je vous renouvelle ma promesse de poursuivre ma réflexion sur l’implantation la plus adéquate des 3 panneaux restants et de vous informer dès lors que ma décision sera prise. Permettez-moi tout de même de m’étonner de votre insistance sur ce sujet à l’heure où la communication numérique permet de réduire la pollution visuelle et de limiter l’utilisation du papier et d’éviter de surcroît toute confrontation entre colleurs d’affiches trop zélés » L’élu de l’opposition interrompt : « Alors que vous utilisez des panneaux en 4×3 jusqu’à Ollioules pour présenter une nouvelle place au Brusc ? On se fout de nous ! C’est facile et petit, c’est à votre niveau. » Le premier magistrat rétorque :  « Les Six-Fournais seront sans doute ravis d’avoir des panneaux d’expression libre qui seront utilisés par le RN … avec un fusil à grenaille ». 

L’élu RN explose : « C’était il y a vingt-ans, vous êtes un minable, vous êtes malhonnête intellectuellement! » Le maire appelle au calme :« Je vous invite à modérer vos propos, sinon je pourrai porter plainte. » « Et bien faites donc! » termine Frédéric Boccaletti. L’audience se dissout. Erik Tamburi prend le dernier la parole : « Je suis atterré… »

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !