Qu’y-a-t-il vraiment dans nos poubelles ?

Afin d’obtenir des informations « réalistes et fiables » le Sittomat a lancé une grande étude de caractérisation des ordures ménagères sur l’ensemble de son territoire, soit 38 communes varoises et plus de 560 000 habitants. 

Une meilleur compréhension des populations pour une meilleure offre :

Deux fois dans l’année, pendant plusieurs semaines, les poubelles de l’aire toulonnaise ont été ramassées et vidées pour être fouillées et triées. Le but de la manoeuvre, comprendre quartier par quartier, les habitudes et les besoins des habitants. « Imaginez-vous, lorsqu’on retire les conteneurs à verre du centre ville de Toulon, on se rend compte qu’ils ne sont pas aussi plein que ce que l’on pourrait penser vu le nombre d’habitants. Le premier réflexe est de se dire qu’il n ‘y en pas assez sur le territoire et que les personnes qui trient n’ont pas accès à ces derniers. Alors on se dit, on en rajoute ? Et bien ce serait une erreur! Car, grâce à l’étude que nous venons de mener, on se rend compte que dans certains quartiers … les habitants n’achètent tout simplement pas de bouteille en verre. Pour deux raisons : d’abord il peut y avoir de nombreux musulmans et ils ne boivent pas d’alcool, et les autres qui vivent dans des immeubles à plusieurs étages privilégient les bouteilles en plastique. Pour comprendre la dynamique d’un territoire, il faut comprendre les habitudes de ces occupants. » 

Les résultats à retenir de la campagne globale :

Des calculs précis permettent d’obtenir des résultats cohérents sur chaque ville, chaque communauté et sur l’ensemble du territoire du Sittomat.

  • Plus de 58% de ce que nous jetons pourrait être trié et valorisé avec les consignes de tri actuelle grâce aux déchèteries, aux containers de tri pour le plastique, le verre (…) Ce qui représente environ 256 kg par habitant par an.
  • Le potentiel de valorisation organique (compostage domestique individuel ou collectif) est élevé de plus de 17% de nos ordures constituées de déchets alimentaires compostables et de jardin.
  • Le potentiel de valorisation des emballages est similaire avec environ 20% de ce que nous jetons qui pourrait être triés et recyclés selon les dispositifs de tri actuels.
  • Le verre représente 6,6% de nos ordures ménagères- soit environ 28 kg par an et par habitant.
  • Près de 11% de ce que nous jetons pourrait être trié et valorisé avec l’extension de consignes de tri (ajout de déchets plastiques différents e plus du flaconnage plastique ).

Les nouvelles mesures mises en place en 2019 pour favoriser le tri des déchets sur le territoire du Sittomat :

Pour permettre aux habitants de trier leurs déchets recyclables facilement, le Sittomat propose à ses collectivités membres de densifier le réseau des points d’apport volontaire sur le territoire. Des ratios sont mis en évidence pour optimiser le nombre de colonnes de tri par habitant.

Il est donc envisagé de rajouter sur l’aire toulonnaise :

  • 172 colonnes de tri pour le papier/ carton,
  • 142 colonnes de tri pour le flaconnage plastique,
  • 379 colonnes de tri pour le verre

Une nouveauté : des sondes connectées en temps réel sur les points d’apport volontaire:

À ce jour, 3 048 sondes ont été posées dans l’ensemble des colonnes de tri de l’aire toulonnaise. Ce nouveau dispositif a pour objectif de :

  • Localiser précisément les colonnes,
  • Connaitre jour par jour le taux de remplissage des colonnes et les dates auxquelles elles ont été collectées,
  • Analyser les taux de remplissage journalier des colonnes afin d’optimiser leur implantation,
  • Améliorer les tournées de collecte afin de diminuer les consommations d’énergie et les coûts de collecte.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !