Pollution: La Métropole Toulonnaise, bientôt une des zones réservées aux véhicules les moins polluants

François de Rugy, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Élisabeth Borne, ministre chargée des Transports, présentent avec les élus de 15 villes et métropoles particulièrement touchées par la pollution atmosphérique, les engagements communs entre l’État et les collectivités locales pour déployer des Zones à Faibles Émissions.

Les collectivités ont leur mot à dire :

Les Zones à Faibles Émissions (ZFE) sont des zones dont l’accès est réservé aux véhicules les moins polluants, sur la base du système de vignettes Crit’air. La mise en place d’une ZFE est décidée par les collectivités locales, qui en définissent les critères de leur choix : la délimitation géographique, les catégories et classes de véhicules concernés, les modalités horaires, la progressivité des règles dans le temps et les dérogations octroyées.

Quinze villes et métropoles se sont engagées aujourd’hui à déployer ou à renforcer une Zone à Faibles Émissions sur leur territoire d’ici fin 2020. Pour garantir le succès de la démarche, l’État s’engage à apporter son soutien aux territoires dans le cadre de leurs travaux préparatoires et à mettre en place les mesures réglementaires nécessaires pour permettre un développement et un fonctionnement efficaces des zones.

Le déploiement des Zones à Faibles Émissions sera inscrit dans le projet de loi d’orientation des mobilités, qui portera ainsi l’ambition de voir ces zones se déployer dans d’autres villes françaises, notamment celles dont les seuils de concentration de polluants atmosphériques sont régulièrement dépassés. Il donnera aux collectivités les moyens de les mettre en œuvre facilement et de manière adaptée à chaque situation locale.

« Un air de mauvaise qualité dans les grandes Métropole. »

« Partout en France, de nombreux citoyens respirent un air de mauvaise qualité. Etat, collectivités locales, entreprises, particuliers : chacun d’entre nous a la possibilité de lutter contre ce fléau sanitaire, à condition de travailler main dans la main. C’est le sens de la démarche partenariale que nous présentons ce jour, avec le déploiement de Zones à Faibles Émissions » déclare François de Rugy.

«Aujourd’hui, avec 15 premiers territoires qui se mobilisent pour le déploiement des Zones à Faibles Émissions, nous lançons une dynamique que nous voulons irréversible tant au niveau local que national. Nous le voyons, de très nombreux territoires agissent déjà et sont prêts à aller plus loin pour lutter contre la pollution de l’air. C’est ensemble, État et collectivités, que nous pourrons relever ce défi. C’est pourquoi nous avons travaillé ensemble dans le cadre des Assises nationales de la mobilité et pour la préparation de la future loi d’orientation des mobilités » a ajouté Élisabeth Borne en conclusion de l’événement.

Depuis plusieurs années, les grandes villes et agglomérations particulièrement concernées par la pollution atmosphérique agissent pour une meilleure qualité de l’air sur leur territoire. « France urbaine les accompagne dans cette démarche, en permettant les échanges de bonnes pratiques et en se mobilisant pour promouvoir un véritable co-pilotage entre l’Etat et les collectivités concernées pour une meilleure efficacité de cette politique publique essentielle pour nos concitoyens. C’est le sens de notre engagement responsable et volontaire dans le développement des Zones à Faibles Émissions » a déclaré Jean-Luc Moudenc, Président de France urbaine, lors de l’événement organisé aujourd’hui au ministère.

Quels sont les changements à envisager pour la Métropole Toulonnaise ?

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !