Nombre de journaux manquent à l’appel à Toulon, à Lyon et à Marseille

Depuis plusieurs semaines maintenant, les rayons des presses se vident et ne se remplissent plus. C’est notamment le cas dans la petite boutique à l’entrée du Leclerc de Tamaris où des écriteaux indiquent « Pas de livraison Presse ». Pourquoi ? On vous explique: 

« Sur 23 000 marchands de journaux, 1 116 ne reçoivent plus ni quotidiens, ni magazines, et 1 000 sont partiellement livrés. Trois villes et leurs environs, Lyon, Marseille et Toulon, subissent ce problème » explique le site internet Le Monde dans ses colonnes.

A l’origine de ces difficultés, la mise en redressement judiciaire le 15 mai de Presstalis, qui s’est traduite par la liquidation des dépositaires, qui assuraient la distribution de la presse en province, avec à la clef la suppression de 512 emplois.

Une situation d’autant plus préoccupante pour nombre de buralistes, que ceux-ci n’ont pas retrouvé leur activité d’avant le confinement pour beaucoup. « En temps normal, je vois passer 500 clients par jour la semaine et 800 le week-end. Depuis le déconfinement, ça n’excède pas 300 et chaque jour, depuis une semaine, une soixantaine de clients repartent sans avoir trouvé leur journal ou leur magazine », soupire la commerçante.

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !