Monaco Marine : le mur de la discorde

Depuis le début de l’été, un nouveau mur fait de béton a été installé sur la corniche Philippe Giovannini soulevant une vague de protestation chez les Seynois. « Mur de Berlin », « Privatisation de la rade », l’affaire a été commentée durant toute la saison estivale sur les réseaux sociaux. Durant une conférence de presse, le maire de la commune, Marc Vuillemot a souhaité revenir sur le sujet. 

« Le chantier naval doit s’entourer d’un mur protecteur »

Il commence : « Nous avons entendu la colère des Seynois mais après enquête, le mur est conforme au permis de construire, il est même moins haut que le dernier en place. Pour mémoire, ce secteur est dédié aux activités industrielles depuis le premier plan local d’urbanisme. Le secteur touristique commence quelques mètres plus loin à l’Eguillette et s’étend sur 25 km de la Petite Mer à la Grande mer. Nous n’avons pas privatisé la vue sur la rade, il est simplement normal pour un chantier naval de s’entourer d’un mur protecteur. »

Dynamiser l’activité économique à La Seyne-Sur-Mer.

Il reprend: « Il est vital que des entreprises comme Monaco marine s’installent pour soutenir la dynamisation de l’activité économique à La Seyne-Sur-Mer, et dans la Métropole Toulonnaise, le nautisme en est un grand vecteur. Cette entreprise va créer de l’emploi mais aussi ajouter une nouvelle clientèle aux sociétés des alentours. » 

La hauteur du mur va être modulé.

Il termine: « Si la hauteur du mur ne peut être diminuée, car il y aura juste derrière des coffres avec des câblages, nous allons moduler cette dernière par le biais d’un trottoir. C’est tout ce que nous pouvons faire, il faut garder en tête que cette entreprise sera vecteur d’emplois. Il est préférable pour notre ville d’avoir un mur de 300 mètres de long sur la corniche dans une zone industrielle et des emplois, qu’une vue dégagée et pas d’emploi ». 

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

 

4 Comments
  1. Bonjour, Monsieur le maire pourrait-il nous garantir que l’évacuation des eaux de pluie a bien été pris en compte dans ce nouveau projet. En effet la route de la corniche se retrouverait ainsi bloquée entre la colline et le fameux mur. Avec les épisodes de fortes pluies qui se généralisent, les problèmes d’inondation de la chaussée que nous observons déjà au rond point du croisement du chemin Jacques Casanova, il ne s’agirait pas de transformer cette portion de route en une véritable piscine dangereuse pour les automobilistes et les riverains. Nous ne pouvons accepter cela sans garantie, preuve à l’appui, qu’une étude a bien été menée. En passant une réfection de la route de la corniche serait à menée, cette dernière est entièrement défoncée.
    Pour le reste j’observe que tous les autres constructeurs de bateaux se sont contentés d’un grillage laissant ainsi circuler l’air et l’eau….et la vue. Je ne vois pas en quoi la vue sur la rade de Toulon ne serait pas patrimoniale…

  2. Un trottoir à réaliser pour les piétons et les cyclistes , suffisamment haut pour que nos yeux puissent contempler notre belle rade . Merci d’y penser .

  3. Conforme à un permis de construire que justement il ne fallait pas accordé sous cette forme, pour le bien publique.
    Celui qui l’a signé sans esprit responsable a définitivement privé la population d’un passage paysagé et d’une piste cyclable.
    25 km accessibles aux touristes? Pas même 2,5 sur les 7 ou 8 km du bord de mer de feu la « plus belle rade d’Europe ».
    Bravo à nos décideurs-destructeurs sans scrupules ou sans bon sens!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !