L’Etat présélectionne la commune de La Seyne-sur-Mer comme « Cité éducative »

La Seyne figure bien ce jeudi au nombre des 80 sites présélectionnés par l’Etat parmi les 130 communes françaises qui se sont portées volontaires pour obtenir le label « Cité éducative ». Et « c’est une réelle satisfaction » selon le maire de la commune Marc Vuillemot.

Marc Vuillemot commence : « Convaincus par l’expérience qu’une insertion sociale et professionnelle réussie est le meilleur rempart contre la délinquance, et que l’accès à un métier et à un statut de citoyen passe par des efforts conjugués de l’ensemble des « co-éducateurs » que sont les enseignants, les formateurs, les maîtres d’apprentissage, les chefs d’entreprises accueillant des jeunes, les éducateurs, les animateurs périscolaires, socio-éducatifs, sportifs et culturels, qu’ils soient publics ou associatifs, ainsi que la famille, plusieurs de mes collègues maires et moi-même avons consacré de longs mois à élaborer des propositions pour parfaire, développer et rendre cohérentes et complémentaires entres elles toutes les actions menées sur un territoire en direction des enfants et des jeunes. »

Une proposition de maires prise en compte par l’Etat:

« À partir des expériences de communes comme Grigny ou Chanteloup-les-Vignes (Île-de-France), Vaulx-en-Velin (Métropole de Lyon), Allonnes (Pays de la Loire) ou chez nous à La Seyne, nous avons travaillé des semaines durant pour déboucher en mai dernier sur ce qui constituait un volet du fameux « Rapport Borloo », et un autre des « Cahiers de la co-construction » (voir ICI, page 66), proposant au Président de la République de « mettre le paquet » en matière de logistique pour une démarche éducative globale dans les territoires qui sont à la fois les plus en difficulté mais où l’effort éducatif est constant, souvent depuis des années. Si M. Macron a mis en bloc au panier nos suggestions et demandes il y a un an, nous avons persévéré dans notre effort de conviction et son ministre de la Ville et du Logement, M. Denormandie  (ci-contre), a fouillé dans la corbeille pour en ressortir quelques pistes utiles.

Parmi elles, l’État a retenu notre proposition, optant pour engager environ 100 millions d’euros en trois ans pour soutenir les actions conduites, et, reprenant même le titre du label « cité éducative » que nous avons suggéré, a lancé un appel à projets auquel, évidemment, La Seyne a répondu. »

 » Les efforts de la Seyne récompensés « : 

« Le dossier de déclaration d’intention seynois a été retenu. Les 3 à 25 ans de La Seyne en profiteront donc. Nous devons créer toutes les conditions pour que nul ne reste sur le bord du quai au moment où le train de la redynamisation économique de notre territoire est en phase d’accélération. Être en perspective de devenir un adulte disposant d’une qualification et d’un emploi, un parent digne et respecté, un citoyen actif, est vital pour se prémunir des tentations, hélas de plus en plus nombreuses, de sombrer dans les déviances de la délinquance, voire de la criminalité.

Grand merci à tous ceux, élus, acteurs de l’École, des services communaux, du monde associatif, qui, déjà bellement investis dans la conduite de notre projet éducatif de territoire, ont mis les bouches doubles pour construire le projet. Et tous mes encouragements pour sa finalisation puis sa mise en œuvre à la prochaine rentrée. »

« Education et sécurité publique : deux volets complémentaires »

« Après l’obtention d’une Brigade spécialisée de terrain (BST), du classement de nos sites populaires vulnérables en Réseau d’éducation prioritaire (REP), en Zone de sécurité prioritaire(ZSP) et en Quartier de reconquête républicaine(QRR), et tout récemment du titre de « Ville amie des enfants », reconnaissons que nos efforts ne sont pas vains, que les fonctionnaires conduisent un travail indispensable et qu’il est profondément injuste de les dénigrer, et que, pour un maire, le temps passé en déplacements, souvent consommateurs de temps et d’énergie, auprès des plus hauts niveaux de l’État pour interpeller, sensibiliser et convaincre, n’est pas du temps perdu.

Dotée de meilleurs outils d’éducation, de formation et de prévention, en amont des moyens de la surveillance, de la protection, de l’investigation et de la répression, la trousse à outils seynoise pour l’égalité, la solidarité et une vie paisible et digne devient plus performante.

Il ne reste qu’à espérer que les annonces ne seront pas que des « labels », mais que les moyens matériels, financiers et logistiques suivront comme il en est fait la promesse. Mais je me garde bien, comme toujours, de tout procès d’intention. »

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !