Les Sanaryens rendent hommage aux Enfants d’Izieu

Le dernier dimanche du mois d’Avril, est dédié au souvenir des victimes et des Héros de la Déportation. L’occasion pour les habitants de Sanary-sur-mer d’exhumer de vieux souvenirs douloureux.

Dimanche matin, sur les coups des 9h, une petite foule se pressait sur le devant du parvis de l’Église. Tous étaient venus assister à la messe pour rendre hommage aux victimes de la Déportation et leur adresser une prière. Les porte-drapeaux et quelques élus  ont fait leur entrée juste avant que la parole soit prise par les hommes de Dieu : « Nous sommes ici pour nous souvenir de la souffrance des hommes et pour prier en leur mémoire. »

« Le moins que l’on puisse faire, c’est prier pour les êtres qui ont souffert. »

Entre prières, chants, et vérité historique, les bancs de l’Église se remplissent.

Marc explique sa présence : « Je ne suis pas un habitué de l’Eglise, ni de la prière, et encore moins de la messe. Mais il est important pour moi de venir remplir les bancs de la paroisse en cette journée si spéciale. Après cette messe, j’irai me rendre devant le monument aux morts, car c’est mon devoir. »

Isabelle est venue en famille, elle raconte : « Il est important pour moi que mes enfants sachent que l’injustice existe, et qu’il faut travailler chaque jour pour rendre ce monde meilleur. Les atrocités du passé ne doivent jamais être reproduites et pour cela, il faut cultiver la mémoire. » 

 

Une marche solennelle traverse le marché et les passants joyeux.

Vers 10H30, le maire de la commune, Ferdinand Bernhard, et ses élus, rejoignent les fidèles qui quittent le lieu sacré. Au son des tambours et des trompettes, la marche vers les monuments dédiés aux souvenirs commence. Pendant quelques instants, la ville fait silence.

Des enfants victimes de l’horreur.

Près du Carrousel qui interrompt sa musique quelques instants, les passants s’avancent pour rendre hommage aux enfants d’Izieu.
« Le 6 avril 1944, la Gestapo de Lyon a arrêté les quarante-quatre enfants qui avaient trouvé refuge dans la maison d’Izieu et leurs sept éducateurs, parce qu’ils étaient juifs. Parmi les personnes présentes, une seule a pu s’échapper. Quarante-deux enfants et cinq adultes on été gazés dans le camp d’extermination d’Auschwitz-Birkenau. »

Quelques instants après la cérémonie, lorsque la foule se disperse et que la musique des manèges reprend, des enfants présents dans le parc à côté interrompent leurs jeux pour venir découvrir la stèle, ses inscriptions, et l’Histoire tragique qu’elle relate.

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !