Les raies violettes s’approchent des plages pour mettre bas. (Mise à jour)

Vivant habituellement au large, les raies « pastenagues violettes » sont en ce moment bien présentes sur nos plages et dans nos ports. Elles mettent bas durant l’été, et cherchent près de nos côtes les eaux les plus chaudes.

Ce matin, les secouristes des plages de Saint-Mandrier prévenez la population locale. « Elles sont jolies, mais il est préférable de les regarder de loin. Elles n’attaquent pas et ne sont pas agressives, mais elles sont dotées de 1 à 3 aiguillons sur la queue qui piquent et diffusent du venin. La douleur est alors instantanée et vive. Restez prudents! »   

La matinée suivante, une nouvelle raie s’est fait voir dans le port de La Seyne-sur-Mer, en début de semaine dernière, plus d’une dizaine ont été vu dans les calanques marseillaises.

Le 8 août dernier, le préfet émettait ce message :

Depuis le début du mois, plusieurs signalements de raies pastenagues violettes, de 80 à 90 cm d’envergure, ont recensé une trentaine de spécimens sur le littoral en région PACA et notamment sur les rivages dans le Var. C’est une situation rare liée aux fortes chaleurs où l’eau de mer peut atteindre 28°C en bord de mer puisqu’elles évoluent normalement au large.

En effet, le phénomène de mise bas des femelles qui viennent chercher une eau encore plus chaude au bord de côte est suractivé.

Cette espèce est normalement non agressive pour l’homme mais est dotée de 1 à 3 dards venimeux défensifs sur la queue. Ces raies « pteroplatytrygon » de leur nom scientifique, peuvent charger et piquer si elles se sentent en danger et diffuser alors un venin : à ce jour, aucune piqûre n’a été recensée dans le Var.

Si la piqûre n’est pas mortelle chez l’adulte en bonne santé mais elle nécessite une hospitalisation d’urgence (SAMU) y compris pour retirer le dard. Elle peut provoquer des troubles neurologiques graves et la piqûre peut être encore plus préoccupante chez des sujets fragiles : enfants, femmes enceintes, personnes âgées ou présentant des problèmes de santé (cardiaques).

Le préfet du Var appelle ainsi les baigneurs à ne pas toucher ces raies pastenagues violettes et à en signaler toute observation au poste de secours ou auprès des services municipaux.

Ce qu’il faut faire en cas de piqûre :

Il faut appeler le 15 (SAMU) et rejoindre un poste de secours ou se déplacer jusqu’aux urgences les plus proches pour qu’il soit procédé médicalement à une extraction de l’aiguillon dentelé. Le venin étant thermolabile, en attente de la prise en charge médicale, son effet peut être modéré par un bain de la plaie dans de l’eau chaude. Dans tous les cas, il convient donc de ne pas tenter de l’extraire soi-même.

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !