21.7 C
Toulon
dimanche 26 juin 2022

 Le quartier de la Coudoulière dévoile ses secrets dans une nouvelle visite guidée

Pour les habitués du quartier de La Coudoulière, il est difficile d’imaginer que cet espace touristique a été une zone industrielle pendant le siècle dernier. Si aujourd’hui la Maison du Cygne rayonne par ses expositions et son jardin remarquable, elle fut jadis, la société des Tuileries Romain Boyer fondée en 1900.

L’usine pouvait produire jusqu’à 45 tonnes de tuiles et de briques par jour avant de les expédier par des tartanes à Marseille puis vers l’Afrique du Nord ou le Moyen Orient. En 1930, 320 familles Six-Fournaises y  étaient employées. Ce passé historique, une poignée d’irréductibles travaillent à le faire revivre plusieurs fois par mois par le biais de visites guidées. L’office du Tourisme du Ouest-var, qui proposait déjà deux autres excursions sur le territoire de la ville (« L’histoire du vieux Six-Fours et la Collégiale Saint Pierre » ainsi que « Les Embiez, l’île au trésor anisé »)  a décidé de mettre en avant ce patrimoine en longeant de Bois de la Coudoulière pour finir jusqu’au Cap Nègre avec l’histoire des fortifications côtières de la ville.

Martin Grange, passionné d’Histoire depuis ses plus jeunes années et guide conférencier raconte : « C’est difficile pour l’esprit humain de s’imaginer que cette destination touristique était une zone industrielle il y a de cela des années. Il y avait l’usine des tuileries, l’argile, mais aussi les vignobles et les pâturages. Ce fait intéresse beaucoup, mais je ne m’arrête pas là. En traversant les bois puis en arrivant au Parc de la Méditerranée, nous parlons aussi des fortifications de l’époque, puis des artilleries. Il y a des Blockhaus sur notre route, c’est un excellent moyen de rebondir sur la seconde guerre mondiale et d’enrichir la visite avec de nombreuses anecdotes. » L’occasion pour les curieux de revisiter l’histoire de l’artillerie marine et de comprendre pourquoi des tuiles plutôt que des pierres sur les fenêtres de la Batterie du Cap Nègre.

Martin termine : « Lorsqu’une balle frappe la pierre, elle fait exploser cette dernière. Le soldat qui est à côté est éclaboussé de projectiles. Avec l’argile, c’est autre chose. La balle s’enfonce dans la matière et ne cause normalement pas plus de dégâts que cela. Ce sont des choses que les ingénieurs et les soldats ont appris avec le temps. C’est comme les boulets de canon, au début on ne pouvait pas les diriger avec exactitude, avec le temps on a ajouté des mécanismes pour qu’ils puissent suivre plus ou moins une trajectoire. D’ailleurs, ne croyaient pas qu’on viser le navire en lui même avec, ce sont les voiles que l’on souhaitait déchirer. Un navire qui ne peut plus prendre le vent est un navire vaincus. »

Info : https://www.tourisme-ouestvar.com Les prochaines dates sont : jeudi 23 juin à 15h, vendredi 29 juillet et mardi 6 septembre à 9h30. 

« J’ai grandi avec les histoires d’Indiana Jones »

Martin Grange est un passionné d’Histoire. Enfant, il se rêvait archéologue à la poursuite de trésors enfouis comme son idole Indiana Jones. Si lorsqu’il a grandi, il a décidé de se diriger vers le tourisme, il n’en a jamais oublié ses premières passions : « J’ai toujours été fasciné par les anecdotes lointaines, l’architecture, les fortifications … Nous vivons sur un territoire qui regorge de secrets. De nombreux événements historiques se sont déroulés dans notre région. Ce sont les journées Européennes du Patrimoine qui m’ont permises en premier de renouer avec ma passion. J’ai commencé une visite guidée pour  l’événement et cela m’a plu. Depuis, j’en réalise de nombreuses au sein de l’Office du Tourisme sur Six-Fours, La Seyne, Ollioules et Saint-Mandrier. »

L’homme poursuit :  » Ce que j’aime, c’est évidemment raconter des histoires mais j’apprécie aussi beaucoup « le travail de fouille » qu’il y a avant cette partie. Il faut trouver des sources sérieuses pour énumérer les faits mais aussi chercher des anecdotes inconnues du grand public. Parfois on découvre cela dans les livres, mais j’aime aussi beaucoup travailler avec les personnes que je croise pendant mes recherches. Pour la nouvelle visite guidée que nous venons de mettre au point (voir article), j’ai dû échanger pendant de longues heures avec Claude Majastre, un six-fournais bien connu du quartier de La Coudoulière et qui est puits de savoir sur toute cette période. Je le remercie infiniment pour tout ce qu’il m’a appris. Raconter l’Histoire n’a rien de poussiéreux, au contraire, c’est une expérience très humaine. » 

Rendez-vous sur le site de l’Office du Tourisme du Ouest-Var pour découvrir les prochaines rencontres organisés par Martin. Une expérience à ne pas manquer. Vous ne serez pas déçu.

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !