14 C
Toulon
vendredi 2 décembre 2022

Le premier composteur collectif de la ville de Six-Fours vient d’être installé à Renaudel

Chaque année en France, un habitant produit environ 354 kg d’ordures ménagères ce qui cause un coût à la collectivité et provoque des inépties écologiques. « Il y a toute une organisation qui se met en marche derrière un sac jeté aux ordures qui implique transport et destruction, explique Théo, formateur en compostage de la société Alchimiste, Tout cela coûte en énergie et ajoute de la pollution dans nos villes. » 

Une nouvelle loi rendra obligatoire le tri des déchets organiques. 

Pour lutter contre ce gaspillage, en 2024, une loi obligera chaque habitant à trier ses déchets organiques afin de les composter chez soi. Cette mesure permettra de réduire d’un tiers les poubelles d’ordures ménagères dans chaque foyer, soit à peu près 70kg de déchets organiques par personne. Afin d’aider les collectivités et les particuliers à passer le cap, le Sittomat (Le syndicat intercommunal qui traite l’ensemble des déchets) a fait le choix de mettre à disposition des composteurs et des formateurs à qui le souhaite. Ce mardi soir, la municipalité décidait d’implanter le premier composteur collectif de la commune dans le quartier Renaudel, au milieu du potager des enfants de l’Ajir.

Lutter contre le gaspillage, une priorité pour la ville de Six-Fours. 

Laetitia Quilici, chargée de mission en développement durable de la ville à fait du gaspillage sa bête noire. Elle raconte : « Nous avons commencé à sensibiliser les enfants dans les écoles avec des expériences ludiques. À la cantine, à la fin d’un repas, on collecte et on pèse ce qui n’a pas été mangé et qui partira aux ordures. Au fil des expériences, on a vu les enfants réduire leur déchet. Mais il y a tant à faire dans le domaine, que lorsque le Sittomat a proposé un composteur collectif, on s’est dit qu’il était temps de franchir une nouvelle étape. Et puis utiliser ses déchets organiques pour créer du composte, c’est aussi éviter du gaspillage. » Une fois les bacs déposés dans le jardin, les habitants ne seront pas livrés à eux même. Théo sera leur formateur.

Utiliser la nature pour réduire les déchets. 

Il raconte : « La terre est vivante. Il y a partout autour de vous des bactéries, des oeufs de vers de terre prêts à se nourrir des déchets organiques. Mais attention, il faut respecter certaines règles. Je serais présents pour veiller à ce que le composte ne soit pas trop humide ou trop sec. Pour que la magie opère, il faut un savant mélange des deux. On sait que les choses fonctionnent quand une odeur de sous bois se dégage des caisses. Cela attirera les vers qui feront le reste du labeur. » Dans 6 mois, les habitants du quartier qui auront nourris l’expérience de leurs épluchures et restes de fruits seront invités à une fête du composte. Ils recevront un sachet avec la semence qui leur permettra de nourrir à loisir leurs plantes.

spot_img

Nos derniers articles

spot_img

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !