18.8 C
Toulon
dimanche 2 octobre 2022

Le festival Regards sur Rue s’annonce… spectaculaire

Cinquante-quatre représentations en libre accès, données par 19 compagnies (109 artistes !) pendant trois jours, du vendredi 23 au dimanche 25 septembre prochains, en centre-ville, au parc de la Navale… ou sur les bateaux-bus du Réseau Mistral. La Seyne-sur-Mer a le privilège d’accueillir la troisième édition de Regards sur Rue, festival pluridisciplinaire des arts de la rue, proposé par le Pôle. Vous allez être éblouis !

Un funambule évoluant entre le Pont-levant et le toit de l’Hôtel de Ville, à 40 mètres de hauteur ! « La Traversée », prestation très attendue du Seynois Julien Cardon (compagnie Fil en troupe) donne le ton : vous aurez droit, en accès libre et gratuit* à trois jours vraiment spectaculaires : vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 septembre.

Cette année, c’est ainsi à La Seyne-sur-Mer, avec la 3ème édition de Regards sur rue**, que Le Pôle, scène conventionnée d’intérêt national Art en territoire, lancera sa saison 2022- 2023.

« Ce sera un émerveillement, une bulle de bonheur en cette période où l’actualité nous annonce toujours plus de catastrophes », se réjouit d’avance le maire Nathalie Bicais***. « Le programme est magnifique et tout est en accès libre, poursuit-elle. En outre, selon elle, proposer « des spectacles et des fêtes dans nos lieux de vie, est un moyen d’appréhender les rues et l’espace public d’une autre façon. Cela dynamise en même temps l’activité commerciale et augmente notre attractivité. Cet événement entre parfaitement dans notre projet “Redonnons des couleurs au centre-ville” »

Patrice Laisney, directeur du Pôle, scène conventionnée d’intérêt national Art en territoire, Nathalie Bicais, maire de La Seyne-sur-Mer et Cyrille Elslander, directeur de la Bibliothèque de théâtre Armand-Gatti, directeur adjoint du Pôle et directeur de la sa Saison Gatti, ont présenté la 3ème édition du festival Regards sur rue à la Bibliothèque de théâtre

De son côté, Patrice Laisney, directeur du Pôle se dit également « ravi que ce festival ait trouvé ancrage à La Seyne ».

Celui-ci se déroulera en grande partie, place Martel-Esprit, où se trouve la Bibliothèque de théâtre Armand-Gatti, un « centre de ressources d’une exceptionnelle richesse, mais aussi un lieu de résidences d’écriture », rappelle Patrick Laisney avant de céder la parole à son directeur, Cyrille Elslander.

Trois spectacles écrits à la Bibliothèque Armand-Gatti

La Boîte de Pandore, Cie Attention Fragile – ©Gautier Gentier

Trois spectacles, présentés dans une catégorie intitulée “Premiers regards”, sont d’ailleurs des créations écrites in situ. La Boîte de Pandore, par la Cie Attention Fragile, qui mêle théâtre et cirque, est ainsi décrite par le directeur de la bibliothèque de théâtre comme « une très belle proposition, un spectacle sensible de la programmation » (à partir de 13 ans). Le spectacle de théâtre déambulatoire Labyrinthe, « une démarche originale sur l’effondrement » proposée par la Cie Akalmie Celsius, s’adresse en revanche à tous, à partir de 8 ans. La troisième création, en partie écrite à La Seyne, est également des plus atypiques : “Les Embarquées” du collectif La Fugue, accompagné à l’écriture par l’auteure Lucie Vérot, est un spectacle de théâtre maritime qui sera donné sur les bateaux navettes du Réseau Mistral (ligne 8M). Il se déclinera en « quatre tableaux de 20 minutes, des portraits de femmes » (dès 12 ans).

Une dimension participative

Cyrille Elslander, également directeur adjoint du Pôle et directeur de sa Saison Gatti s’est donc prêté au jeu de la présentation de cette grande manifestation, « un festival à la dimension participative à laquelle nous tenons beaucoup », a-t-il souligné. Durant ces « trois jours d’une programmation transdisciplinaire qui embrasse tous les champs de la culture des arts », pas moins de 54 représentations seront données par 109 artistes de 19 compagnies, en centre-ville et sur le parc de la Navale. (Détails du programme et infos pratiques à retrouver ci-après).

Il y aura ainsi des représentations à foison : du théâtre de rue ; du cirque, discipline « au cœur » du projet du Pôle, et l’un de ses incontournables, « le personnage du clown » ; des fanfares ; des spectacles jeune public ; des performances participatives musicales et plastiques ; des ateliers de pratique…

Une manifestation festive, un jeu de proximité

Le Big Joanna ©Delphine Perrin

« Ce festival, c’est aussi un moment de fête partagé », promet Cyrille Elslander. Des soirées dansantes auront lieu place Martel-Esprit, le vendredi avec La Guinguette Hot Club, bien connue et toujours très attendue à La Seyne. Tandis que les samedi et dimanche, l’ambiance sera assurée par la bande du Big Joanna, « dont la section cuivre est absolument percutante » selon le directeur de la saison Gatti, qui donnera son bal Saint-Louis : « Le public sera invité à danser sur des chorégraphies préparées ».

Ce festival a en outre une dimension internationale, puisque parmi les artistes qui y participeront, certains viennent d’Italie (Prospero, performance participative du Stalker Teatro), du Québec (la Cie Les Dudes présente Stories in the City, « du cirque dans le registre du burlesque à voir en famille ») ou de Guinée. Et attendez-vous, notamment avec les athlètes guinéens qui composent le Circus Baobab, à des performances artistiques « très très impressionnantes ». Ces derniers animeront également des ateliers “Foot de cirque… de rue”, proposés dans le cadre d’un projet de parcours artistique et culturel mené, au titre de la politique de la ville, à l’attention des jeunes des quartiers prioritaires.

Du théâtre à la rue

Les amateurs de grands auteurs de théâtre ne seront pas en reste, puisque deux pièces programmées sont inspirées de l’œuvre de Shakespeare : Richard III ou le pouvoir fou, « une adaptation déjantée » de la Cie suisse Les Batteurs de pavés (dès 12 ans, place Martel-Esprit) ; et L’Amour de Roméo et Juliette (dès 10 ans, cour de l’École des Beaux-arts) par la Cie Agence de voyages imaginaires qui « convoque la tradition de la Comedia dell’arte pour revisiter ce grand classique ».

Les Pousses de Bamboo – ©DR

Citons encore, dans le joyeux désordre d’apparition : Biquette, « qui a raté sa vie, mais plutôt que d’aller chez un psy préfère se confier (et chanter) auprès des gens attablés sur les terrasses des cafés ». Les Pousses de Bamboo, du Bamboo orchestra fondé par le Japonais Makoto Yabuki,« qui mêle amateurs et professionnels dans un registre percussif assorti d’une démarche philosophique ». Ses 30 musiciens (15 bambous, 15 accordéons) se produiront quai de La Marine, en ouverture du festival (vendredi soir), et sur le parc de La Navale, samedi.

*Sur réservation en raison du nombre limité de places pour : La Boîte de Pandore, Labyrinthe et Foot de cirque… de rue
**Les précédentes éditions se sont déroulées à La Crau et au Revest-les-Eaux.
***Étaient également présents les adjoints au maire Nathalie Bicais : Marie-Claude Paganelli-Argiolas, notamment déléguée au tourisme et à la lecture publique, Christelle Lachaud, déléguée à la politique et à l’organisation des animations, et Dominique Baviera, en charge de la politique culturelle.
Le festival est organisé avec le soutien de l’État, de la Région, du Département, de la Métropole Toulon Provence Méditerranée, de la Ville de La Seyne-sur-Mer, de Radio active, du cinéma Le Royal et du magazine Cité des Arts.

spot_img

Nos derniers articles

spot_img

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !