Le Chef du centre de secours de la ville de Six-Fours raconte les douze derniers mois écoulés.

Au coeur de la ville, les hommes du Centre de Secours de Six-Fours-Les-Plages veillent sur la sécurité de leurs concitoyens toute l’année, de jour comme de nuit, et ce, depuis cinquante ans. Le Capitaine Laurent Fleury, Chef de Centre, raconte les douze derniers mois écoulés.

Le secours à la personne, l’activité première des Sapeurs-Pompiers.

Pour la première fois depuis 2013, les chiffres n’ont pratiquement pas bougé. En termes de secours à la personne, les pompiers de Six-Fours comptabilisent 3 348 interventions cette année, soit 3 de moins que l’année dernière. Le Capitaine Laurent Fleury explique : « Depuis 2015, nous prenons chaque année presque 16% d’augmentation pour les interventions de secours à la personne. Il n’y a pas de véritable explication à cela, si ce n’est l’ambiance générale et l’évolution de la société qui est de plus en plus aseptisée. Il y a également les carences dans le transport hospitalier, qui font que parfois on est appelé pour des choses qui relèvent plus du 15 (SAMU) que du 18. Pour finir, il y a toujours des personnes qui s’imaginent qu’arriver au centre hospitalier accompagné des pompiers donne un passe droit qui limite le temps d’attente. C’est complètement faux. Les urgentistes gèrent les cas en fonction de la gravité des blessures ». 

Un climat qui se tend.

Depuis quelques années, les pompiers envoyés secourir les personnes en détresse sont de plus en plus souvent exposés aux violences. Dans certains cas, les attaques viennent  directement des victimes ayant besoin d’être secourues. D’après les derniers chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur, les agressions ont été multipliées par trois en dix ans. Le Capitaine reprend : « Nous avons eu une agression physique à Six-Fours fin 2017, donc même si nous ne sommes pas particulièrement touché par la violence ici, le risque est  évidemment possible. Je ne suis pas sociologue, mais si je devais donner une explication, je dirais que le climat se tend de plus en plus. Les gens sont moins patients, et plus exigeants. C’est la même affaire que le guichetier qui se prend l’agressivité des voyageurs de la SNCF parce que le train est en retard et qu’ils sont excédés. Le Guichetier n’est pas responsable mais il est en première ligne, le pompier c’est le guichetier de la société. Nous sommes là pour aider, mais parfois les gens qui sont en peine déversent une part de leur agressivité sur nous. » 

Une actualité mouvementé :

Hormis les chiffres du secours à la personne qui sont encore élevés, les pompiers de la caserne de Six-Fours ont été dans l’ensemble « préservés » selon le Capitaine Fleury : « Il y a eu plusieurs jours compliqués à La Seyne-Sur-Mer en marge du mouvement des Gilets Jaunes mais nous ne sommes venus en renfort qu’une seule journée. Nous n’avons pas été sollicité non plus pour le péage de Bandol. Dans l’ensemble nos voisins ont connu des jours difficiles, mais nous, nous avons été préservés. » Il poursuit: « L’été a été plutôt calme également, le climat tropical y est pour beaucoup, pas mal de pluie et peu de vent … »

La fête des 50 ans du corps des pompiers, une grande réussite.

Il termine : « Le grand moment de l’année restera la journée des festivités organisée à la caserne pour célébrer les 20 ans du centre de secours et les 50 ans du corps. Les Six-Fournais ont répondu présents ce jour là et sont venus en nombre. Pour l’occasion, on avait organisé plusieurs ateliers et démonstrations … mais ce sont les visites des véhicules qui ont remporté le plus grand succès. Il fallait voir les yeux des enfants briller durant cette journée …. je ne serai pas étonné d’apprendre que dans 15 ans, des nouvelles recrues ont développé la passion du métier durant cette journée. »

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

 

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !