La ville de Sanary entreprend la restauration du fort du Gros Cerveau

La Ville de Sanary-sur-Mer œuvre depuis de nombreuses années à la préservation de son patrimoine. Parallèlement, elle développe depuis plus de 10 ans un Programme d’Education à l’Environnement et au Développement durable. « L’école de la forêt », dont le but est de sensibiliser les plus jeunes à l’environnement, en est un axe majeur.

L’acquisition du fort et sa restauration ont deux objectifs majeurs. D’une part, la sauvegarde du patrimoine militaire. D’autre part, la volonté de créer un site pédagogique de sensibilisation à l’environnement. Le but est de poursuivre la démarche de sensibilisation auprès des enfants : protéger la nature et comprendre le climat.

Histoire du Fort :

La plaine de Sanary (Saint Nazaire au XIXème siècle) est dominée par le massif du Cerveau qui s’isole de la plaine du Beausset et borde les gorges d’Ollioules. Son point culminant est porté par la croupe du Gros Cerveau à 443 m d’altitude.

En 1873, le Gros Cerveau est retenu pour l’édification d’un poste retranché armé de pièce et longue portée. En 1890 le massif du Gros Cerveau forme le secteur Ouest de la ligne principale de résistance. À cette époque, la route secondaire longe le pied du Cerveau
dans la plaine Saint Nazaire (Sanary). C’est l’armée qui, en 1889, entamera l’édification du fort du Gros Cerveau afin d’y abriter ses troupes (154 hommes dans les deux bâtiments).

La chambre de la troupe compte 35 à 50 hommes, le logement du gardien de batterie offre 4 pièces. Le rocher est entaillé pour réaliser à proximité de ce bâtiment la pièce cuisine équipée d’un fourneau Vailant. Les galeries souterraines creusées dans la roche forment un alignement droit de 55 m, avec des alcôves qui permettaient le stockage pyrotechnique, le magasin de projectiles et un abri pour le personnel.

Les différentes phases du projet :

  • Mise en sécurité du site, réhabilitation du fort et son accès, et confortement du fort et du mur d’enceinte. Nettoyage général du site et des abords. Purges des parties rocheuses les instables désolidarisés, mise en place d’échafaudage, comblement des fissures pour la consolidation des roches disloquées.
  • La restauration du fort et de la passerelle, restauration des murs, pose de carrelage en terre cuite. Réalisation d’une charpente traditionnelle en bois, avec tuiles vieillies et génoises en deux rangs et gouttières en zinc raccordées sur les citernes existantes. Faux plafonds en plaque de plâtre et isolation en laine de roche
    Menuiserie extérieure en profilées acier et double vitrage feuilleté Stadip métallique
    Réalisation d’un pont à structure métallique avec un portail métallique à deux vantaux à l’entrée du site.
  • Réalisation du local d’astreinte, intégration des énergies renouvelables et restauration des édifices.
  • Restauration des plateformes, création de sanitaires et mise en sécurité des galeries.

Coût total de l’opération : 1 978 300 € HT

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !