24.6 C
Toulon
vendredi 24 juin 2022

La Seyne : la CGT organise une manifestation pour les agents de la ville, cette dernière réagit.

« Parce qu’elles sont en conflit social avec la municipalité depuis déjà 2 mois » selon Nasser Halhal, secrétaire général du syndicat de la CGT La Seyne, les agents de la ville du CCAS et de la caisse des écoles ont été invités à venir manifester aux côtés des aides à domicile du CCAS ce mardi matin. En coeur de ville, les manifestants en colère réclamaient plus d’embauches et moins de pénibilité dans leurs tâches quotidiennes. La manifestation qui a duré plus d’une heure a mobilisé plusieurs dizaines de personnes.

En réponse, voici un communiqué de la Direction Générale des Services. « Stop à l’agitation artificielle de la CGT »

« Nous prenons acte de la grève d’une cinquantaine d’agents ce 21 juin 2022 (soit environ 3% de l’effectif) à l’appel de la CGT, correspondant à l’effectif de la manifestation devant l’hôtel de ville ce jour.

Depuis l’élection de la nouvelle équipe municipale le 20 juillet 2020, une nouvelle politique des ressources humaines respectueuses des lois de la République a été mise en place au service des Seynoises et des Seynois afin qu’un service de qualité leur soit rendu.

Ainsi, en premier lieu, la Ville a fait face à la crise sanitaire lors du 2ème confinement et lors des différentes vagues COVID. Les services publics ont ainsi été maintenus grâce aux efforts des agents dont la Ville a assuré la protection sanitaire. La Ville a ainsi doté en matériel les équipes qui ont été renforcées en effectifs notamment pour dédoubler le service de la restauration municipale afin de respecter les protocoles établis pour la sécurité de nos enfants et des agents de la communauté éducative.

Par ailleurs, conformément aux engagements du Maire, les services de la Police municipale ont été consolidés afin de mettre en place des équipes sur une plus grande amplitude tôt le matin et tard dans la nuit pour tranquilliser l’espace public.

Ces renforts ont pu être faits grâce à une meilleure organisation des services et à une gestion adaptée de l’emploi public réalisée en responsabilisation de l’encadrement et en anticipant le plus possible les besoins. Toutefois, cette gestion maîtrisée de la masse salariale ne signifie pas que la Ville ait cessé tout recrutement. La Ville intègre dans le cadre d’un plan de stagiairisation annuelle les agents contractuels recrutés souvent depuis plusieurs années dans ses services. En 2021, 22 agents ont été stagiairisés et 23 le seront en 2022. Par ailleurs, 11 agents lauréats de concours et examens ont été nommés en 2021 et 11 l’ont été, à ce jour, en 2022.

La Ville travaille à trouver des solutions à des difficultés structurelles de recrutement dans certains métiers techniques et sensibles (urbanisme, animation des temps périscolaires et scolaires, marchés publics …).

L’équipe municipale s’est conformée à la loi en mettant en place le régime indemnitaire réglementaire en vigueur ailleurs en France depuis 8 ans, les 1607h ou 35h semaine (loi du 6 août 2019 qui annule tous les anciens accords qui contrevenaient à la loi), le plan d’actions d’égalité femme hommes, la publication des plus hautes rémunérations, le référent laïcité, la procédure de signalement des actes de violence, de discrimination, de harcèlement et d’agissements sexistes et le compte personnel de formation (CPF).

De plus, la Ville a mis en place deux dispositifs facultatifs, le télétravail à titre expérimental, et enfin la monétisation du compte épargne temps qui est pleinement utilisé par les agents de la commune, dans un rapport gagnant/gagnant, la Ville ayant supprimé les trois mois de vacances offerts lors du départ à la retraite et devenus totalement illégaux.

La Ville a aussi renforcé son action d’amélioration des conditions de travail des agents comme prévu dans des règles permanentes appelées « lignes directrices de gestion » adoptées en avril 2021. Ainsi, les budgets consacrés aux dotations en matériel pour les agents, en équipement de protection individuelle et la prise en compte de matériels ergonomiques augmentent de manière conséquente (+ 48% entre 2019 et 2021). Les dépenses sont encore en augmentation au budget 2022. En effet, un des axes de la prévention de l’usure professionnelle est de mener à bien des projets concrets visant à soulager les agents du port de charges lourdes et des tâches répétitives.

Par ailleurs, la Ville a instauré une politique volontariste d’accompagnement des agents inaptes à leur poste de travail.

Le projet temps de travail a consisté à appliquer de manière adaptée au besoin du service public et dans un rapport gagnant / gagnant, la réglementation sur les 1607 heures. 

Aussi, si cette application a nécessité la révision de certains usages de la collectivité qui la plaçait en dehors des lois de la République, les temps de travail discutés avec les agents et les représentants du personnel, incluent des moments de cohésion, de formation et d’échanges avec leur hiérarchie pour nourrir le projet de notre administration municipale et construire La Seyne de demain, plus moderne et plus proche de ses usagers et de ses habitants.

Ainsi, la ville a multiplié par quatre ses investissements dans le numérique en mettant en place une politique d’acquisitions de matériels informatiques conséquents aussi bien en matériels, logiciels, câblage en fibres des sites les plus éloignés. Un projet numérique global, plaçant l’usager au centre est ainsi en cours de rédaction. Il implique tous les acteurs de la Ville au plus proche du terrain. 

Par ailleurs, la ville a instauré une nouvelle relation avec ses partenaires historiques que sont le centre de gestion du Var et le CNFPT afin de développer une médecine du travail (le service de médecine professionnelle était à l’arrêt en 2020) et un plan de formation.

La direction générale, qui est passée de 4 à 3 directeurs généraux par rapport à la précédente équipe, reçoit les organisations syndicales quand ils en font la demande et traitent au quotidien les demandes des équipes. Ces dernières semaines, deux propositions de rencontre ont été faites au syndicat CGT qui n’y a pas donné suite.

Enfin, chaque projet RH fait l’objet d’un dialogue social nourri et constructif contrairement aux affirmations de la CGT qui s’oppose mais ne négocie pas. Ainsi, depuis juillet 2020, une vingtaine de groupes de travail ont traité divers sujets, mais surtout les instances paritaires officielles ont travaillé à plein, avec à ce jour, la tenue de 17 Comités Techniques, 16 CHSCT.

Dans le cas particulier des aides à domicile qui est monté en épingle, le CCAS va lors de ses prochaines instances, mettre en place en accord avec la Ville qui le finance, la prime du Ségur de la Santé revalorisant leur rémunération afin de valoriser leur travail qui est difficile au quotidien auprès de nos aînés.

La Ville dément formellement les récentes allégations du syndicat CGT dans une lettre ouverte, totalement à charge contre Madame Le Maire, ainsi que dans les différents tracts récents de plus en plus excessifs et véhéments, se plaçant sur le champ « politicien ». Les usagers du service public ne doivent plus être les otages des actions de ce syndicat qui outrepasse l’action syndicale normale et légitime, tant par les moyens que par les termes qu’il emploie pour tenter d’emporter l’adhésion des agents : intrusions régulières et intempestives dans les services, mais aussi dénigrement et intimidation des encadrants. »

 

 

spot_img

Nos derniers articles

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_img

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !