24.5 C
Toulon
jeudi, 5 août 2021

La fin des CRS sur les plages ? « Une aberration » selon le maire de la commune de Six-Fours

L’automne est arrivé et les plages ont été désertées par les baigneurs et les services de secours. Surveillants, policiers municipaux et CRS-MNS ( Maîtres Nageurs Sauveteurs ) ont fermé les derniers postes de secours des plages à Six-Fours durant la semaine passée. Et si personne n’ose encore y croire, l’année prochaine, l’organisation de la sécurité des baigneurs sera peut-être tout autre …. 

Les CRS déployés sur les plages couteraient trop cher selon le Ministre de l’Intérieur.

Cet été, les CRS-MNS ont été 297 à être affectés sur les plages dans plus d’une soixantaine de communes. Et selon un rapport de la Cour des Comptes, les forces de l’ordre chargées de surveiller et de sécuriser les plages très fréquentées couteraient « trop cher ». Quant à Gérard Collomb, il estime que les CRS devraient « se concentrer sur leurs fonctions régaliennes, notamment en période estivale ». La nouvelle passe mal et l’inquiétude monte.

Thierry Mas Saint Guiral, adjoint à la sécurité, Jean-Sebastien Vialatte, maire de la commune de Six-Fours-Les-Plages et Guy Molina, du syndicat Unité SGP Police ont convoqué la presse pour une conférence.

Une présence qui dure depuis une soixantaine d’années.

Le premier magistrat commence : « À Six-Fours, les CRS sont présents en renfort sur les plages depuis une bonne soixantaine d’années et la commune est particulièrement attachée à leur présence. Si les pompiers, et les surveillants des plages font également du très bon travail, les CRS-MNS ont la possibilité de faire respecter et d’appliquer la loi grâce à leur pouvoir de police. Ainsi, cet été, ils ont effectué plus d’une centaine d’interventions judiciaires, ils ont empêché des excès de vitesse dans la zone des 300 mètres, des défauts de permis et leur simple présence éloigne les personnes qui ont de mauvaises intentions chaque année … »

Une ville qui voit sa population doubler durant la période estival.

Il reprend : « La ville de Six-Fours-les-Plages compte 40 000 habitants l’hiver. L’été, la population double alors que nous dépendons toujours du commissariat de Sanary-sur-mer. Les policiers officient donc de Bandol jusqu’au Brusc. En pleine heure de pointe, l’été, comment voulez-vous que les forces de l’ordre puissent intervenir rapidement si elles doivent traverser tout le territoire en comptant la circulation et le port de Sanary piéton ? »

Les CRS se mettent à l’eau.

« Ce serait une véritable aberration » selon Jean-Sébastien Vialatte.

Il termine : « Il y a une espèce de schizophrénie de l’Etat qui se met en place. On nous enquiquine dès que l’on veut créer un événement. Pour un feu d’artifice, l’été, il faut mettre en place une Fan-zone, fermer cette dernière dès 6 heures du matin, fouiller tout le monde… On nous parle de risque d’attentat et nous le concevons très bien. Mais dans le même temps, lorsque tous les jours pendant 2 mois les plages sont noires de monde, le risque terroriste n’existe plus ? Non, vraiment, retirer les CRS des plages serait une véritable aberration. »  

Quelles solutions pour demain ?

Jean-Sébastien Vialatte conclut : « Les vacanciers et les habitants de la commune pourront continuer à se baigner sans danger. Déjà parce qu’il y’a toujours eu une quarantaine de surveillants des mers, en plus des CRS envoyés par l’Etat, et ensuite parce que même si les autres maires ne seront pas tous d’accord avec moi, la ville de Six-Fours sera prête à payer pour conserver ces policiers. Et si cela ne peut se faire, et bien pourquoi ne pas faire appel à des sociétés privées ? Pour le moment nous espérons que l’Etat n’ira pas au bout de son idée, et que nous pourrons acceuillir comme il se doit nos amis les CRS-MNS l’année prochaine ». 

CRS-MNS, sauveteurs des mers et policiers municipaux ont surveillé les plages durant tout l’été.

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous )

Autres articles

Une stèle pour Catherine Santos, victime d’une fusillade à Ollioules en 2019

Dimanche 28 juillet 2019, en quelques secondes au giratoire de la Baume, une épouse exemplaire, une maman et une grand-mère adorée, une sœur aimée,...

« The Show Must Go On » à Six-Fours, le comité des fêtes anime votre mois d’août !

Les concerts estivaux du Comité des Fêtes vont vous faire danser aussi bien sur la place des Poilus qu’au Parc Méditerranée ou encore sur...

Un édifice énigmatique à la Seyne, la ville en quête de témoignages

Le puits de Pobou, ou la fontaine au niveau du 4 rue Cauquière, est un édifice énigmatique que l’on peut trouver en centre-ville. La...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Entrez votre nom ici s'il vous plaît

8,182FansJ'aime
438FollowersSuivre
554FollowersSuivre

Les derniers articles

Une stèle pour Catherine Santos, victime d’une fusillade à Ollioules en 2019

Dimanche 28 juillet 2019, en quelques secondes au giratoire de la Baume, une épouse exemplaire, une maman et une grand-mère adorée, une sœur aimée,...

« The Show Must Go On » à Six-Fours, le comité des fêtes anime votre mois d’août !

Les concerts estivaux du Comité des Fêtes vont vous faire danser aussi bien sur la place des Poilus qu’au Parc Méditerranée ou encore sur...

Un édifice énigmatique à la Seyne, la ville en quête de témoignages

Le puits de Pobou, ou la fontaine au niveau du 4 rue Cauquière, est un édifice énigmatique que l’on peut trouver en centre-ville. La...

La Seyne-sur-Mer : Du Jazz dans les rues de la ville toute la semaine !

Du 3 au 8 août prochain, les notes de musique vont envahir les rues de la ville. Sur les différentes places du centre et...

Une vie sur la mer se raconte à Fabregas

Jean-Pierre Ricci est un amoureux de la mer depuis sa plus tendre enfance : "J'étais tellement passionné par la vie marine, que je faisais...

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !