La fessée définitivement interdite en France

Le Parlement a adopté définitivement, par un ultime vote du Sénat mardi 2 juillet, la proposition de loi sur les« violences éducatives » qui vise à interdire la fessée.

Le Sénat a voté ce mardi la dernière étape pour interdire les violences éducatives, physiques et psychologiques. Si le débat s’est focalisé sur la fessée, le texte est beaucoup plus large. Selon la Fondation pour l’Enfance, 85 % des parents français ont recours à des violences dites éducatives.

Cette décision du Parlement permet désormais d’inscrire dans le Code civil, à l’article lu à la mairie lors des mariages, que « l’autorité parentale s’exerce sans violences physiques ou psychologiques ».

Une formule qui va bien au-delà du raccourci parfois pris à la légère de « loi anti-fessée », même si la portée du texte reste largement symbolique : il ne prévoit pas de nouvelles sanctions pénales, car elles existent déjà.

La Suède avait légiféré sur le sujet dès 1979.

Il n’en reste pas moins que la France devient ainsi le 56e État à interdire totalement les châtiments corporels, selon « l’Initiative mondiale pour mettre un terme à tous les châtiments corporels sur les enfants », une ONG basée à Londres. Elle a été coiffée au poteau par le Kosovo, dont la loi a été adoptée le 27 juin. La Suède avait légiféré sur le sujet dès 1979.

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !