Jordan Bardella, la tête de liste du R.N pour les élections européennes et Frédéric Boccaletti en visite dans la cité Berthe

La semaine dernière, Jordan Bardella, la tête de liste du Rassemblement National pour les élections européennes et Frédéric Boccaletti étaient en visite dans la cité Berthe à La Seyne-Sur-Mer. 

« Une actualité violente dans les cités »

Frédéric Boccaletti, délégué départemental du Rassemblement National explique : « Dans la presse, nous avons l’habitude d’entendre dire que les cités s’embrasent car elles sont délaissées par les services publics. Ici, dans ce même quartier, il y a le Centre Culturel Tissot, la Médiathèque, un hôpital, les bureaux de la CPAM et bien d’autres établissements publics. Pourtant la cité Berthe a été le théâtre de violents incidents dernièrement, et souvent très graves : un feu volontaire qui a ravagé la maison des services publics, un règlement de compte à la kalashnikov … » 

« Un problème national et non pas local »

Il reprend : « Et le problème n’est pas local, puisque nous aurions tout aussi bien pu aller dans les cités de Hyères-Les-Palmiers ou ailleurs pour rencontrer le même problème ! Il faut se sortir de la tête l’idée que ces événements violents sont réservés aux grandes villes comme Paris ou Marseille, c’est faux ! Le mal empoisonne notre jeunesse au plus près de chez nous. Il faut donc trouver une solution au niveau National qui est autre que d’investir des milliards et des milliards dans les cités car, preuve en est, que ça ne change rien. De plus, la misère se trouve également dans des coins de France qui font moins de bruit. Dans le haut Var, il existe aussi des territoires ruraux qui seraient ravis d’avoir les mêmes moyens qui ont été investis pour les quartiers difficiles de La Seyne-du-Var par exemple. » 

« Même les plus petites peines de justice doivent être appliquées »

Il termine : « Pour régler le problème, peut-être serait-il judicieux, pour commencer, de faire en sorte que même les plus petites peines de justice soient appliquées ! Lorsqu’on fait du terrain on se rend vite compte que les policiers sont désabusés ! Ils arrêtent des délinquants qui sont relâchés deux heures après ! Pire, si la personne est condamnée à moins de 2 ans, elle n’effectue pas sa peine et retrouve la liberté presqu’aussitôt. Il est temps que les responsables politiques fassent ce qu’il faut pour que ceux qui sont condamnés aient l’obligation d’effectuer leur peine dans leur intégralité même s’ils doivent faire moins de 6 mois de prison ! » 

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !