Jean-Luc Benvenutto et le Pôle Santé : « Le but était d’éviter un désert médical en ajoutant quelques services au quartier ».

Il y a une quarantaine d’années, le quartier des Playes était un vaste champ de vignes parsemé de quelques habitations. Là, une église, et plus loin une pharmacie. C’est ici, que Jean-Luc Benvenutto a décidé d’installer sa vie professionnelle lorsqu’en 2014, il rachète les clefs de l’entreprise à sa mère.

Il raconte : « J’ai hésité entre plusieurs pharmacies, mais très vite, c’est le choix du cœur qui s’est imposé à moi. J’ai grandi entre ces murs, je savais l’entreprise saine, et je connaissais déjà presque toutes les âmes qui vivent ici. J’avais également envie de m’inscrire dans la durée, et de faire perdurer l’image que je me faisais du commerce de proximité. Lorsqu’on est présent dans le voisinage depuis plusieurs générations, on ne peut pas tricher avec les gens. Ils vous connaissent, ils savent vos valeurs et votre labeur, je pense que c’est un gage de qualité. »

S’il a toujours souhaité officier dans le monde du médical, il en connaît les souffrances : «Nous recevons des personnes avec diverse pathologies. Mais nous savons que nous devons apporter plus d’attention à certaines d’entre elles. Il y a par exemple ceux qui passent le pas de la porte et dont c’est la seule sortie de la semaine. Et puis il y a les aidants, mal connus et peu reconnus, qui ont des quotidiens très difficiles. Ils veillent sur un proche en fin de vie ou qui ont une maladie dégénérative. Il faut prendre le temps de les écouter et parfois de les rassurer. »

Sur son agenda de nombreux rendez-vous cochés. Ce matin-là, Jean-Luc doit s’absenter pendant quelques heures de son poste. S’il a toujours eu le désir de se lancer dans l’entreprenariat, c’est pour avoir la liberté d’agir pour les causes qui lui sont chères. D’abord, l’un de ses plus grands souhaits, dynamiser le quartier, et faire en sorte que ceux qu’ils croisent au quotidien se rencontrent. Il explique : « Il y a les événements auxquels on se greffe avec la pharmacie pour essayer d’apporter un plus. Par exemple le Téléthon. En face, l’école a toujours fait les choses bien, en ramenant beaucoup de monde pour le fameux défilé aux lampions. Nous avons simplement eu l’idée de vendre des crêpes et des gaufres, avant et après. Cela permet aux parents d’élèves de prolonger les festivités. Nous prenons également part à la fête des voisins, et nous nous engageons auprès d’autres associations pour que le quartier ne cesse de bouger. »

Mais comme si cela ne suffisait pas, Jean-Luc, dans la continuité de la mission qu’il s’est donné d’apporter les premiers soins aux personnes de son quartier a créé le Pôle Santé en 2016. Adossé à la pharmacie, cet espace ne comptera pas moins de 10 professionnels de la santé d’ici quelques mois. « Actuellement il y a deux médecins, un podologue, deux kinésithérapeutes, et quatre infirmières. Ma sœur qui est neurologue nous rejoindra bientôt, elle pourra traiter les cas d’Alzheimer et de Parkinson. Le but était d’éviter un d »sert médical en ajoutant quelques services au quartier. Il faut penser à ces personnes âgées qui ne sont plus véhiculer et qui ne peuvent pas se rendre à l’autre bout de la ville. Je suis heureux qu’il y ait à présent ce service de proximité ».

Jean-Luc Benvenutto aime sa vie active et ses journées bien remplies. C’est pour cette raison qu’il est également élu syndical des pharmacies du Var et qu’il est président du Centre de formation d’apprentis des préparateurs du Var. Il raconte : « Le fait d’être élu permet de faire avancer les choses. Je connais les problématiques du terrain et je peux les faire remonter directement. La chose que je souhaite faire évoluer dans les prochaines années, c’est le statut des préparateurs en pharmacie. Ils ont un emploi avec des responsabilités, suivent deux ans de formation pour pouvoir exercer et pourtant, ils ne sont reconnus qu’au niveau Bac. Il faut revaloriser ce métier, il est important qu’ils soient considérés à leur juste valeur. J’ai horreur de l’injustice ».

Pôle Santé, 130 avenue de la Calade, 83140 Six-Fours. 04 94 25 90 97

Cet article est extrait du Hors Série Papier « Le Savoir Faire Six-Fournais ».

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !