Huit collégiens de Font-de-Fillol s’investissent pour la sauvegarde de la nature

À Six-Fours-Les-Plages, on a les pieds dans l’eau. C’est sans doute pour cela qu’une poignée d’élèves du collège Font-De-Fillol a souhaité imaginer une borne interactive qui explique le fonctionnement des Biohuts afin de participer à un concours scientifique. 

Les élèves ont imaginé une borne explicative qu’ils souhaitent placer dans tous les ports de France.

Mme Gay-Camps, CPE du collège raconte : « C’est la seconde année qu’ils perfectionnent leur invention. Le jeudi après-midi, hors des heures de cours, les 8 élèves se réunissent autour d’un professeur de Physique-Chimie, Mme Lebrun et d’une enseignante en Technologie, Mme Mayeux-Bellone. L’année passée, ils ont obtenu la seconde place du concours CGénial avec l’idée de cette borne. Cette année, ils ont poursuivi ce beau projet en travaillant sur la tablette qui offre un diaporama explicatif, et la batterie de cette dernière qui fonctionne à énergie solaire. Ils viennent de finir 3 ème du concours, mais sont, surtout, parvenus à se hisser sur la plus haute marche du podium pour le concours Euro-Mediterranéen. » 

« Offrir une nurserie aux poissons ne suffit pas, il faut expliquer aux uns et aux autres que l’urbanisation excessive détruit la vie sous-marine »

Une élève raconte : « C’est en allant nous promener sur le port de Six-Fours que nous avons appris l’existence des Biohuts. C’est un habitat en acier créé artificiellement par la main de l’homme afin de servir de nurserie aux poissons. Ils sont utilisés dans les ports dont les fonds marins sont dégradés à cause des activités côtières. Nous avons trouvé l’idée chouette, et nous souhaitions que le plus grand nombre en soit informé. Nous avons donc imaginé une borne d’information afin de sensibiliser le public à l’impact de l’urbanisation des ports sur la vie sous-marine ».

« J’aimerais protéger ce monde sous-marin, face à l’adversité ne pas sombrer dans le chagrin »

Cyndelle, en troisième année, à composé un Slam pour l’occasion, intitulé « Pour l’amour de ma planète ». Elle raconte : « J’ai grandi proche de la mer, au milieu des girelles, des rougets, et des saint-pierres. C’est là toute l’histoire de ma vie, mon coeur est emmêlé dans les posidonies … Mais aujourd’hui l’heure est grave, il n’y a plus aucun poisson dans les épaves. J’aimerais protéger ce monde sous-marin, face à l’adversité ne pas sombrer dans le chagrin. Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme, il nous faut sortir les armes ! (…) Et allons sauvez les rascasses! Des habitats nous fabriquerons, pour leurs bébés trop mignons (…) 

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !