Frédéric Boccaletti, Lettre ouverte : « Il serait inéquitable d’accorder une prime de façon aléatoire (au personnel soignant) »

La semaine passée, Frédéric Boccaletti, Conseiller municipal de Six-Fours-les-Plages, a écrit une lettre ouverte à destination d’Olivier Véran, ministre de la santé, au sujet de la prime « Covid19 ». 

« Ministère de la Solidarité et de la Santé 

Monsieur le Ministre

Monsieur Olivier VERAN

14, avenue Duquesne
75350 Paris 07 SP

 

Lettre ouverte, A Six-Fours, le 21 mai 2020

 

Monsieur le Ministre,

Depuis plus de deux mois, que ce soit avant, pendant et après le confinement, le personnel de notre système de santé s’est mobilisé sans compter pour faire face à la crise sanitaire causée par la pandémie virale, et ce à travers toute la France.

On pourrait citer cent exemples, mais je me contenterai d’exposer ici seulement le cas du département du Var, que je connais évidemment mieux. De nombreux groupes ont été réorganisés, des personnels transférés d’un hôpital à un autre, ou répartis, selon les besoins, au sein de différents services. L’ensemble des soignants sollicités, qu’ils aient été directement concernés par le traitement du Covid 19 au sein d’un service dédié ou non, n’ont pas hésité un seul instant à consentir activement à un effort supplémentaire, décidant courageusement d’ignorer les risques, ainsi que les changements d’affectation et de temps de travail.

Leur engagement, chacun en convient, a été exemplaire. J’ai eu l’occasion d’échanger avec nombre de médecins, d’infirmiers, d’aides-soignants et autres professionnels de santé durant ces dernières semaines. Tous, malgré les consignes tardant à venir, voire parfois contradictoires, ainsi que le manque de moyens alloués, ont tenu bon. Tous ont marché d’un même pas, affrontant les mêmes contraintes.

Aussi, le projet consistant à vouloir instaurer un quota d’agents destinataires de la future prime « Covid » (décret du 14 mai) ne peut qu’indigner le plus grand nombre, et ce légitimement.

Il serait totalement inéquitable d’accorder cette prime de façon aléatoire ou arbitraire, que ce soit au sein d’un même établissement ou d’un même département. Cette inégalité de traitement ne serait pas à la hauteur de l’enjeu, qui consiste, pour nous, à reconnaître l’abnégation de tous. C’est pourquoi, Monsieur le Ministre, je vous demande ici que soit établie une juste reconnaissance nationale de ceux qui ont été les « premiers de cordée » dans cette crise inédite.

Au-delà de la question de cette prime, de surcroît, doit se poser la question centrale et générale de la rémunération de nos soignants. Nous avons tous été les témoins des services rendus à la population, et il convient naturellement de leur faire justice dans ce domaine. Ce serait la moindre des choses.

Je vous prie d’agréer, Monsieur le Ministre, l’expression de mes sentiments distingués.

Frédéric Boccaletti
Président du groupe RN au Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d’Azur
Conseiller municipal de Six-Fours
Conseiller métropolitain de TPM »

 

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !