Edouard Philippe s’exprime sur TF1: « La violence n’aura pas le dernier mot »

Invité du 20h de TF1, le premier ministre s’est longuement expliqué sur une série de mesures visant à renforcer les sanctions contre les « casseurs » et les manifestations non autorisées.

Le dispositif de sécurité s’élève à nouveau :

Depuis le début des manifestations, « 5 600 personnes ont été placées en garde à vue » et « 1 000 condamnations ont été prononcées » a expliqué lundi soir Edouard Philippe sur le plateau de TF1. Il a poursuivit en expliquant que samedi prochain, le dispositif de sécurité retrouvera son niveau de mi-décembre, à savoir : 80.000 policiers et gendarmes dans toute la France dont 5.000 à Paris.

Le gouvernement veut un nouvelle loi « anticasseurs » :

Il poursuit : « Il faut préserver la liberté de manifester en France qui est très grande » et « il faut sanctionner ceux qui veulent enfreindre ce droit à manifester » a continué  le Premier ministre. « C’est la raison pour laquelle le gouvernement est favorable à ce que notre loi soit complétée ».

La nouvelle loi que le gouvernement souhaite « permettra de sanctionner ceux qui ne respectent pas cette obligation de déclaration » des manifestations en préfecture,et « ceux qui participeraient à des manifestations qui ne sont pas déclarées. Ceux qui arrivent aux manifestations cagoulés, aujourd’hui c’est une contravention, demain ça doit être un délit », a ajouté le premier ministre, appelant aussi à « faire en sorte que la responsabilité civile des casseurs soit très sérieusement engagée de façon à ce que ce soit les casseurs et pas les contribuables qui payent pour les dommages qui sont causés ». La nouvelle loi pourra être discutée à l’Assemblée nationale « dès le début du mois février ».

Destituer le président de la République ?

Il termine :  « Pour ceux qui imaginent que 10 000 personnes 50 000 ou même 100 000 personnes dans la rue suffisent à faire en sorte de destituer le président de la République ou à faire en sorte d’invalider les résultats des élections, ceux-là, s’inscrivent directement contre nos institutions et ceux-la cela n’auront jamais raison dans notre pays ». 

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !