Des adolescents leur font vivre un cauchemar, la grogne des riverains de la rue Victor Hugo entendue

Plusieurs fois par mois, le maire de la commune de Six-Fours-les-plages, Jean-Sébastien Vialatte convie les administrés à venir à sa rencontre le temps d’un petit déjeuner. Durant ces quelques heures, les habitants de la ville peuvent échanger librement avec le premier magistrat et ses élus au sujet de l’actualité, des travaux, et du quotidien de la cité. Rue Victor Hugo, la rencontre était parfois houleuse. 

Des riverains excédés, une rencontre mouvementée.

Depuis le début de ce programme, déjà une trentaine de petits-dejeuners ont été organisés. Habituellement, ces rencontres de quartier se déroulent dans le calme et la convivialité. Les sujets plébiscités sont toujours les mêmes : la vitesse excessive des automobilistes, quelques questions sur les travaux en cours de réalisation, parfois on s’interroge sur les lois en vigueur concernant le débroussaillement … Ce matin, rue Victor Hugo, les sujets étaient bien différents et les riverains excédés. Après une pétition et plusieurs lettres envoyées en mairie, ils attendaient avec impatience cette entrevue à ciel ouvert afin de demander des nouvelles mesures. 

Des adolescents sèment le trouble dans le quartier : Rodéos urbains, feux de poubelles … et d’une voiture.

Depuis de nombreux mois, une poignée d’adolescents ont fait de l’aire de battage de la rue Victor Hugo leur « quartier général ». Ils se rejoignent en soirée (ou en après-midi durant les vacances scolaires), au milieu des habitations, et imposent leurs lois allant jusqu’à « agresser verbalement et physiquement » les résidents de ce petit quartier de coeur de ville. Une dame raconte:  « Ils tambourinent aux portes, nous jettent les fruits des arbres de la place dessus, hurlent à toutes heures. Plus ils s’alcoolisent, plus ils sont agressifs. Leur nouveau jeu depuis quelques temps, c’est de mettre le feu aux poubelles, oui mais voila, une nuit, c’est la voiture d’un jeune couple qui est partie en flamme. C’est un couple très bien, les deux travaillent dur, l’assurance ne veut pas rembourser, ils vont faire leur besogne à pied depuis, et c’est triste ! On vit ici depuis 30 ans, on a jamais vu ça, que font les parents de ces gamins ? { NDRL : Une enquête est en cours, du côté de la police, aucun suspect n’est mentionné.}  » 

Une police disponible et efficace mais un problème qui ne se solutionne pas.

Dans le quartier, les rondes des forces de l’ordre sont nombreuses. Joignables, 24/24h et 7/7j, la police municipale se rend sur place à chaque appel. Le résultat se confirme par ces chiffres : ces derniers mois, pas moins de 28 procès verbaux avec une amende de 135 € ont été dressés pour occupation abusive de l’espace public, et deux interpellations ont eu lieu sur 2 mineurs surpris en train de mettre le feu aux poubelles.

Un homme témoigne : « Nous sommes satisfaits du travail de la police municipale. Ils viennent à chaque fois et s’occupent de la situation, alors qu’ils ne sont pas respectés par ces jeunes et qu’ils se prennent une pluie d’injures. Le soucis est que le lendemain ça recommence, et puisqu’ils ont entre 13 et 17 ans, on ne peut rien faire … ou sont les parents ? » 

Devant le mécontentement des riverains, la municipalité promet des nouvelles mesures.

Le maire de la commune, Jean-Sébastien Vialatte s’exprime : « Nous savons qu’il y a un vrai problème de « vivre ensemble » dans ce quartier. Des jeunes gens ont décidé que l’aire de battage leur appartenait et nous réfléchissons à une solution pour les en éloigner. Une caméra est déjà mise en place depuis un bon moment pour dissuader les incivilités. Nous allons trouver un moyen de clôturer l’aire, sans rompre le charme du lieu, afin qu’ils ne se retrouvent plus ici la nuit. En ce qui concerne les incivilités, nous allons renforcer les patrouilles de police, et verbaliser les rassemblements interdits. À moyen terme, pour sécuriser les lieux nous allons renforcer la vidéo surveillance au reste de la rue et établir un contrôle d’accès par borne escamotable en amont. Quoi qu’il en soit, nous nous retrouverons prochainement pour faire un point sur la situation après ces premières mesures prises ».

Vous souhaitez suivre gratuitement l’actualité de votre commune, des alentours et être averti des événements avant qu’ils ne se produisent ? Abonnez-vous et recevez chaque jour la Newsletter dans votre boite mail ! Ne Manquez plus rien !

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !