Catherine Berzolla, consultante en psychogénéalogie: « Il existe une « loyauté familiale inconsciente » chez l’être humain. »

Catherine Berzolla est une femme de coeur. Dans son cabinet, implanté au sein même de son foyer, à deux pas du remous des vagues, elle guide chaque personne qui passe le seuil de sa porte vers un avenir meilleur. Avec sagesse, elle écoute les blessures de l’âme et entend les douleurs qui se taisent. Son domaine de prédilection : La Psychogénéalogie, puisqu’elle en est certaine, toutes les souffrances et les blessures trouvent leurs racines dans le passé.

Elle raconte : “À l’âge de 25 ans, je souffrais de dépression et malgré les années de thérapie, je ne guérissais pas. Je me sentais enfermée dans une vie qui n’était pas mienne. Je n’étais pas heureuse, j’étais prisonnière des limites qu’on m’avait fixées pendant mon enfance. Lorsque j’ai découvert la psychogénéalogie, une lumière s’est allumée en moi”.

Depuis, Catherine utilise la communication bienveillante pour ​“comprendre les gens de l’intérieur” et ​“donner des clefs”.​ Elle reprend: “​ Chacun doit apprendre à s’aimer et oeuvrer à retrouver sa puissance personnelle. ​Nos parents ont bien malgré eux le pouvoir d’influencer notre vie, et nos ancêtres nous laissent un héritage qui traverse les générations. Il existe une « loyauté familiale inconsciente » chez l’être humain. ​On pense parfois qu’il nous appartient de réparer les drames qu’ont pu vivre nos aïeux, notre vie devient alors sacrifice. Afin de se libérer de cette emprise psychique, il faut comprendre et beaucoup parler. Sinon, dans le pire des cas, le corps finit par tomber malade”.

Dans sa bibliothèque: Serge Tisseron, Carl Rogers, Didier Dumas. Sur son bureau, un grand classeur: plein de feuilles et de coups de crayons. “En plus de mes diplômes, et de mes quinze années d’expériences dans le développement personnel, j’aime lire toutes les études sur le sujet. Ce classeur, c’est un recueil de citations, de dessins, et de références. Parfois, d’un gros livre, je ne tire qu’une petite phrase, mais si elle m’aide à devenir une meilleure thérapeute, alors, je suis gagnante.”

Catherine reçoit aussi bien les âmes blessées que les familles qui n’arrivent plus à communiquer. Elle explique: “Devenir parent peut réveiller des douleurs qu’on pensait disparues et nos enfants ont le don d’appuyer là où ça fait mal. Lorsque le passé s’invite dans le présent, il faut agir afin de se réapproprier sa vie et repartir sur de bonnes bases.”

Elle termine : « Même si j’accompagne bien souvent des personnes qui sont dans la souffrance, mon métier, c’est le Bonheur ! ​Je ne fais pas de magie et je n’ai pas de technique infaillible. Chaque personnalité est différente, mais l’écoute est la clé du succès. J’aide à la guérison, mais j’estime être un simple canal. Ce sont les personnes qui viennent me voir qui véritablement ont le pouvoir de s’auto-guérir”.

Cet article est extrait du Hors Série Papier « Le Savoir-Faire SIx-Fournais ».

Catherine Berzolla, consultante en communication, Maître enseignante Reiki, Praticienne enseignante Lahochi,

Contact : 06 28 25 18 59

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !