Bastien Ritter, un Six-Fournais médaille de Bronze aux Championnats de France de Judo en sport adapté.

Bastien Ritter est atteint de Trisomie 21. Depuis sa plus tendre enfance, il est passionné par les sports de combat et voue une véritable passion au Judo. Depuis qu’il a foulé à l’âge de 5 ans son premier tatami, il se rêve en grand Judoka. À force de courage et de détermination, ce Six-Fournais a remporté la médaille de Bronze aux Championnats de France de Judo en sport adapté il y a quelques mois. Il vient de décrocher la ceinture noire en Fédération Française. 

S’acharner à la tâche.

Il pèse 88 kilos a 25 ans et possède sa ceinture marron. Sur le tatami, l’homme n’est que force et concentration. Il analyse son adversaire, marque un temps, et agît en espérant provoquer la chute. Dans sa bulle, il enchaîne les prises. Son père, Jean-Baptiste Ritter, raconte : « L’aventure a commencé au Dojo du Cap Sicié avec Hector Marino et se poursuit aujourd’hui au Judo Six-Fours Le Las avec son nouvel entraineur Aymeric Ahonoukoun. Son handicap n’est pas physique à proprement parler, il possède beaucoup de force et est capable de passer n’importe quelle prise, mais il a besoin d’un temps d’adaptation entre chaque mouvement pour analyser la situation. C’est pour cette raison qu’il dispute les championnats en sport adapté mais qu’il passe ses ceintures auprès de la Fédération Française comme les autres. C’est un véritable athlète et il s’entraine comme tel pour gravir les échelons de ce sport. »

Multiplier les heures sur le Tatami.

Chaque semaine, Bastien participe à des cours collectifs pour continuer à progresser, mais il passe également ses « Katas » avec un partenaire de son gabarit pour essayer de décrocher la ceinture noire en juin prochain. Les deux sportifs répètent ainsi pendant de nombreuses heures, chaque semaine, des mouvements codifiés encore et encore afin que la technique soit parfaite. Le père reprend : « Il enchaine les heures d’entrainements et il en est très heureux. Il est consciencieux et souhaite mettre toutes les chances de son côté pour l’obtention de la plus haute distinction de ce sport. La dynamique du club est très bonne, les judokas l’ont accueilli avec beaucoup de gentillesse et il y a pas mal d’adultes ici. Il peut donc s’entrainer avec des gens de sa corpulence et de son niveau sans difficulté. La vie n’est pas toujours évidente pour ceux qui naissent avec un handicap, mais dans le sport, les différences s’estompent bien souvent… « 

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !