24.5 C
Toulon
jeudi, 5 août 2021

Amandine Layec, une Championne qui a la rage de vaincre

« J’avais le désir d’extérioriser. Je n’ai jamais souhaité faire de mal à qui que ce soit. J’avais quelque chose à cracher. Une rage, une révolte, un sentiment qui m’oppressait. Je voulais me dépasser, y mettre le corps et l’âme. Et les sports de combat, pour moi c’est un peu tout ça en même temps.  » 

Amandine Layec a 30 ans. Elle a passé la moitié de sa vie à apprendre à contrer les coups souvent, à les encaisser parfois, et à les rendre toujours. De la Boxe, de la Capoeira, du kick-Boxing puis du Jiu-Jitsu Brésilien enfin. Après 11 ans de labeur et d’apprentissage, la Toulonnaise est médaillée Championne d’Europe. La combattante a arraché son titre dans les dernières secondes du combat. Acharnée de travail et ambitieuse jusque dans ses tripes, elle enchaine aujourd’hui les entrainements dans le but de briller durant le prochain Championnat du Monde qui aura lieu  en juin …. Rencontre.

La victoire pour seul objectif

« J’ai fait ma première compétition trois mois seulement après avoir passé la porte du Dojo du Pont du Las. Je ne connaissais pas les règles, mais j’avais envie de vaincre. Au bout de trente secondes, j’ai tapé le sol pour arrêter le combat, mon adversaire était en train de m’étrangler. Ce jour là, j’ai appris à perdre et je me suis dis : Plus Jamais. »

« Le brouillard dans la tête » et l’envie de vaincre dans le coeur, Amandine enchaine les entrainements et les adversaires. « C’était une sale période. J’avais besoin de mûrir, je devais apprendre à me dépasser. Il fallait que je comprenne comment me relever. » Le travail paie, elle gagne ses premières médailles et conquiert ses ceintures. Mais contrainte par sa vie professionnelle de ralentir ses efforts sur le tapis, elle a le déclic. « C’était le moment. Le virage à ne pas manquer. Je devais choisir: passer pro, ou abandonner ».

Un agneau parmi les loups

« Le problème c’est qu’en France je n’avais pas de Sparring Partener (Ndrl : Partenaire d’entrainement du même niveau et de même catégorie ), les conditions n’étaient pas optimums. J’ai fait ma valise et je suis partie un mois aux Etats-Unis pour suivre les entrainements de Leticia Ribeiro, une multiple Championne du Monde. J’étais comme un agneau entouré de loups. Je me suis faite malmenée mais j’ai beaucoup appris, tant sur la technique que sur ma personnalité. »  Dans la foulée, elle se rend en Californie, à Long Beach pour participer aux Mondiaux. « Je n’ai pas pu récolter les fruits de mon labeur. Le temps était trop court. » Puis le brouillard à nouveau.  « J’ai perdu un ami sur le tapis juste après un entrainement. Ça m’a beaucoup affectée. Beaucoup de choses ont changé en moi. » La combattante s’entoure. En plus de ses deux professeurs de toujours, les frères Gaillard, elle demande de l’aide à un coach mental Alain Parra et à un diététiste Bernard Dato.

La concrétisation

En janvier, elle remporte le titre de Championne d’Europe des moins de 64 kilos au Portugal. La Toulonnaise combat contre deux Françaises et affronte une Brésilienne en final. Dans les dernières secondes elle renverse son adversaire et conquiert le titre. « J’avais le désir d’arriver en final. C’était véritablement mon but. Mais une fois en train de combattre pour le titre, je me suis dit que je ne pouvais pas perdre. C’était impossible. » 

Cap sur les Championnats du Monde

« C’est le travail d’une vie qui se concrétise avec cette médaille mais ce n’est pas un aboutissement, c’est un encouragement. Je ne veux pas m’arrêter là. Je serais présente pour le rendez-vous de l’année en Californie. Je souhaite participer aux prochains mondiaux et j’ai le désir d’arracher un bon résultat. »  Chaque jour, amandine se rend à 581 Sport Center où elle s’entraine durement.  « J’ai trois sessions par jour. Le matin je travaille la technique et les stratégies, le midi je fais du renforcement, et le soir je donne tout ce que j’ai en combattant avec les autres.  » 

Crédit Photos:   Andrea Bonfiglio.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à la Newsletter en laissant un commentaire juste en dessous 😉

Autres articles

Une stèle pour Catherine Santos, victime d’une fusillade à Ollioules en 2019

Dimanche 28 juillet 2019, en quelques secondes au giratoire de la Baume, une épouse exemplaire, une maman et une grand-mère adorée, une sœur aimée,...

« The Show Must Go On » à Six-Fours, le comité des fêtes anime votre mois d’août !

Les concerts estivaux du Comité des Fêtes vont vous faire danser aussi bien sur la place des Poilus qu’au Parc Méditerranée ou encore sur...

Un édifice énigmatique à la Seyne, la ville en quête de témoignages

Le puits de Pobou, ou la fontaine au niveau du 4 rue Cauquière, est un édifice énigmatique que l’on peut trouver en centre-ville. La...

LAISSER UN COMMENTAIRE

Entrez votre commentaire s'il vous plaît !
Entrez votre nom ici s'il vous plaît

8,182FansJ'aime
438FollowersSuivre
554FollowersSuivre

Les derniers articles

Une stèle pour Catherine Santos, victime d’une fusillade à Ollioules en 2019

Dimanche 28 juillet 2019, en quelques secondes au giratoire de la Baume, une épouse exemplaire, une maman et une grand-mère adorée, une sœur aimée,...

« The Show Must Go On » à Six-Fours, le comité des fêtes anime votre mois d’août !

Les concerts estivaux du Comité des Fêtes vont vous faire danser aussi bien sur la place des Poilus qu’au Parc Méditerranée ou encore sur...

Un édifice énigmatique à la Seyne, la ville en quête de témoignages

Le puits de Pobou, ou la fontaine au niveau du 4 rue Cauquière, est un édifice énigmatique que l’on peut trouver en centre-ville. La...

La Seyne-sur-Mer : Du Jazz dans les rues de la ville toute la semaine !

Du 3 au 8 août prochain, les notes de musique vont envahir les rues de la ville. Sur les différentes places du centre et...

Une vie sur la mer se raconte à Fabregas

Jean-Pierre Ricci est un amoureux de la mer depuis sa plus tendre enfance : "J'étais tellement passionné par la vie marine, que je faisais...

Vous aimez nos articles ?


Abonnez-vous à notre newsletter !