82e Bol d’Or : Honda retrouve, 22 ans plus tard le goût de la victoire au Circuit Paul Ricard

Le Championnat du monde d’endurance 2018-2019 a débuté à un rythme fou au 82e Bol d’Or sur le Circuit Paul Ricard. Une BMW en tête pendant les premiers tours des 24 heures de cette épreuve mythique, une échappée Kawasaki jusqu’au début de la nuit, puis celle de Suzuki grâce à un coup de stratège lors d’une intervention de la Safety car en début de soirée, une Honda tenante du titre qui pointe brièvement le bout de son carénage devant tout le monde avant de perdre un quart d’heure à son stand à la suite de problèmes mécaniques, et le retour de Kawasaki jusqu’à sa rétrogradation définitive à deux heures de l’arrivée, victime de soucis d’alimentation électrique. Le tout pour ouvrir une voie royale à Honda, poussé dans ses derniers retranchements par Yamaha jusque sur la ligne d’arrivée. Une course folle… Mais quelle course !

Honda a gagné sous le soleil de l’été indien et à l’issue d’une nuit météorologiquement douce, au terme de 698 tours accomplis en 24 heures, avec deux Yamaha aux trousses devant 69 000 spectateurs. Ce que la marque numéro un mondial des motoristes n’avait plus fait au Bol d’Or depuis 1996. Ici-même d’ailleurs avec Alex Vieira, William Costes et Christian Lavieille.

La Yamaha à 13’’ de la Honda dans la dernière heure

Pour l’équipe nippo-française du Team FCC-TSR Honda France (Technical Sports Racing), cette 82e édition fut tout sauf une promenade de santé. Surtout pour le trio composé de l’Australien Josh Hook, ainsi que des français Freddy Foray et Mike Di Meglio qui – soucis mécaniques du début de soirée aidant – a été contraint de ferrailler jusqu’au bout avec deux Yamaha YZF-R1 dans son sillage. Dont la moto officielle du YART-Yamaha revînt même dans ses roues, à 13 secondes seulement, au cours de la dernière heure… Jusqu’à ce qu’elle ne doive effectuer un ultime ravitaillement en carburant.

Si, en présence de 42 équipes de 13 nationalités engagées dans le Championnat du monde d’endurance 2018-2019, l’on s’attendait à un début de saison tonitruant pendant les deux tours d’horloge du Bol d’Or, on était tout de même loin du compte de ce qu’il allait se passer sur le ruban d’asphalte de 5,673 km du Circuit Paul Ricard. Où les motos les plus rapides allaient être pointées à plus de 340km/h.

L’audacieux coup de stratégie de Suzuki

Malchanceuse l’année dernière, l’équipe SRC Kawasaki France avait parfaitement entamé le long week-end de ce Bol d’Or 2018, avec de nouveaux chronos record signés Randy de Puniet, de jour comme de nuit, à près de 180 km/h de moyenne.

Après un début de course furtivement dominé par BMW, et de spectaculaires « mano à mano » avec Suzuki, la Kawa ZX10R s’échappait peu à peu. Jusqu’à ce qu’une intervention de la Safety car (voiture de sécurité) n’incite le Suzuki Endurance Racing Team à oser immédiatement un coup de stratégie.

Un ravitaillement éclair qui permettait à la GSXR-1000 #2 de ne pas se laisser distancer par le rythme de la course mais aussi et surtout de s’installer confortablement aux commandes. Hélas, bien plus tard dans la nuit, un problème d’embrayage allait faire rétrograder la belle bleue.

Les premiers problèmes électriques de Kawasaki

Dans le même temps, la Kawasaki des leaders subissait ses premiers problèmes d’alimentation électrique qui se caractérisaient tout d’abord par des soubresauts du système d’éclairage. Une réparation express dans les stands afin de changer des pièces du faisceau, et la #11 refaisait peu à peu son retard.

Quant à la Honda championne du monde, elle subissait à son tour des problèmes, mécaniques en ce qui la concerne. Et après six heures de course, la #1 tenante du titre FIM Endurance World Championship EWC rétrogradait tellement, que sauf un miracle pour elle pendant la nuit et catastrophes pour les leaders, son équipage voyait le Bol s’envoler, et pourtant…

Et pourtant, entre la nuit des longs couteaux menée à l’assaut avec aucune autre consigne que celle d’attaquer au maximum, multiples interventions des Safety cars, ravitaillements et changements de pneumatiques sans la moindre faille, à moins d’une heure de l’arrivée, le miracle de l’endurance prenait forme pour Honda.

Tandis que la Kawasaki des français Randy de Puniet et Jérémy Guarnoni, ainsi que de l’espagnol David Checa, ne cessait de rétrograder en subissant des arrêts inattendus à son stand pour tenter de résoudre d’inextricables problèmes électriques, jusqu’à perdre 11 tours sur les leaders.

Team FCC-TSR Honda France : de la 18e place à la victoire

Chez Honda, oubliés les précieux 8 tours perdus et la minutieuse séance de travail express au stand, qui fit rétrograder le trio Hook-Foray-Di Meglio de tête, de la tête de la course jusqu’à la 18e place avec 8 tours de retard.

Et cerise sur le gâteau, alors qu’un «flash essence » était prévu dans les derniers tours afin d’éviter à la CBR 1000 RR de tomber en panne de carburant, une ultime apparition de la Safety car lui permettait de rejoindre la ligne d’arrivée sans avoir à passer une dernière fois par les stands.

En revanche, l’YZF-R1 du YART (Yamaha Austria Racing Team) était contrainte de refueler, ce qui la reléguait finalement à 54’’ sous le drapeau à damier, devant une autre « Yam », celle du Wepol Racing, la meilleure Kawasaki, celle de l’équipe Bolliger Suisse, la Suzuki du SERT, et la BMW S1000RR du German Endurance Racing Team GER56.

Tous les podiums du Bol d’Or 2018 au Circuit Paul Ricard :
82e Bol d’Or : 1. Josh Hook, Australie – Freddy Foray et Mike Di Meglio -France (Honda CBR1000RR, FCC-TSR Honda France), 698 tours en 24h01’50’’590/1000e; 2. Broc Parkes – Australie, Nicolo Canepa – Italie et Marvin Fritz- Allemagne (Yamaha YZF-R1, YART-Yamaha), à 54’’, et meilleur tour en course (Parkes) en 1’55’’487 à 176,8km/h ; 3. Daniel Webb – Grande-Bretagne, Matthieu Lagrive – France et Sheridan Morais – Afrique du Sud (Yamaha YZF-R1, WEPOL Racing), à 1 tour.
59 équipes au départ, 46 classées.

15e Bol d’Argent : 1. Maxime Callet et Frédéric Besnard (Triumph, Triumph Maxxess), 78 tours en 3h00’43’’689 ; 2. Charles Lebon et Etienne Bergeron (Triumph, Triumph La Rochelle), à 1 tour ; 3. Jean-Louis Tranois et Olivier Henaff (Triumph, TS Motolabo 38 Team), à un tour. Meilleur tour en course, Ul’Team Bike à 161,9km/h.

16e Bol Classic, cumul des deux manches de 2 heures : 1. Vincent Eisen et Baptiste Gigon (Kawasaki, Moto90 Eisen), 108 tours en 4h05’49’’843 ; 2. Christophe Charles-Artigues et Nicolas de Dieuleveult (Kawasaki, Hampe Racing Team 11), à 1’07’’970 ; 3. Gian Mertens et Yves Bollaerts (Honda, Dholda Racing), 1’14’’781.

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous )

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !