41 Protos et GT pour l’ouverture de la saison au Circuit Paul Ricard !

Dans la foulée des essais officiels ELMS programmés les lundi 8 et mardi 9 avril au Circuit Paul Ricard, le week-end suivant (13-14) les 4 Heures du Castellet seront le premier des six rendez-vous de l’European Le Mans Series 2019. Avec 41 voitures au départ, les teams devront rivaliser de performance et de stratégie pour accéder aux podiums. Un championnat d’endurance toujours spectaculaire, ouvert aux Protos LMP2 et LMP3 ainsi qu’aux LMGTE, assorti de la Michelin Le Mans Cup où s’affrontent LMP3 et GT3, et de la Formula Regional European Championship (Formule 3) et de la Ferdinand Cup (Porsche).

41 voitures en piste pour la saison 2019 de l’European Le Mans Series

Pour la première fois dans l’histoire de l’European Le Mans Series, le comité de sélection a reçu plus de demandes qu’il n’y avait de places disponibles. Un processus a donc été mis en place afin de sélectionner les équipes pour la saison 2019, où 41 voitures s’affronteront pour la gloire européenne : en tête de liste on trouvera 18 LMP2, puis 14 LMP3 et 9 GTE sur la grille de départ des 4 Heures du Castellet au Circuit Paul Ricard.

En LMP2 tout d’abord, 14 équipes occuperont le plateau LMP2 fort de onze Oreca, six Ligier et une Dallara. Et le tenant du titre 2018, G-Drive Racing, défendra sa couronne avec notamment Roman Rusinov au volant.
Huit teams ont déjà participé aux éditions précédentes de l’ELMS : High Class Racing, DragonSpeed, United Autosports, Panis-Barthez Competition, Algarve Pro Racing, Idec Sport, Duqueine Engineering et Graff.
Ces équipes sont rejointes par quatre teams venus de la catégorie LMP3, dont le champion sortant, RLR MSport et John Farano, Inter Europol Competition, Cool Racing et BHK Motorsport. Enfin, Carlin, déjà renommée en monoplaces, va découvrir l’ELMS avec l’unique châssis Dallara présent.

En LMP3 ensuite, la grille sera à nouveau conséquente en présence de dix teams, qui aligneront huit Ligier et 6 Norma-M30. Quant au champion 2018, RLR MSport, fidèle il remettra son titre en jeu avec sa Ligier JSP3.
Huit autres équipes seront au sein du plateau LMP3 : United Autosports, 360 Racing, Nielsen Racing, Oregon Team, Eurointernational, Inter Europol Competition, Ultimate et M-Racing. Graff fera son retour en LMP3 sous la bannière de Realteam Racing.

En LMGTE enfin, neuf voitures italiennes et allemandes en découdront : cinq Ferrari F488 GTE et quatre Porsche 911 RSR. Proton Competition défendra sa couronne 2018 avec deux Porsche 911, avec en particulier Matteo Cairoli. Le jeune italien sera au volant de la #88 alors que la #77 roulera sous les couleurs du Dempsey-Proton Racing avec Richard Lietz, champion de la catégorie en FIA WEC (Championnat du Monde d’Endurance de la FIA). JMW Motorsport, Ebimotors et Spirit of Race seront rejoints par les deux Ferrari du Kessel Racing. L’équipe Project 1, également présente en FIA WEC, participera au Championnat d’Europe avec une Porsche 911. Et Luzich Racing fera ses débuts avec une Ferrari F488 gérée par Spirit Of Race.

ELMS et FIA WEC : une saison sur deux fronts pour Bruno Senna

Le brésilien Bruno Senna effectuera au Circuit Paul Ricard son grand retour en European Le Mans Series, dix ans après y avoir fait ses débuts. Il revient pour une saison complète, associé au canadien John Farano et à l’indien Arjun Maini, dans le cockpit d’une Oreca 07 de la team RLR MSport qui fera ses premiers tours de roues en Protos LMP2.
Le champion du Monde (FIA WEC 2017 LMP2) s’apprête à vivre une année 2019 on ne peut plus chargée, car il est par ailleurs engagé sur un deuxième front, en FIA WEC (Super Saison) chez Rebellion Racing en plus du championnat ELMS.

Les plus beaux circuits d’Europe et… les 24 Heures du Mans en perspective

L’engagement de l’ELMS est avant tout de proposer aux concurrents une saison qui leur permet de faire courir leurs voitures sur les plus beaux circuits d’Europe, dont le Circuit Paul Ricard, tout en respectant les dépenses rattachées à ce type de compétition.
Par ailleurs, les vainqueurs et deuxièmes de la catégorie LMP2 ainsi que le vainqueur LMP3 et LMGTE se voient offrir une invitation à disputer les 24 Heures du Mans, ce qui donne une dimension tout à fait particulière à la chasse au titre dans chacune des catégories.
Aux commandes, on trouvera entre autres des concurrents stars, tels Bruno Senna (RLR MSport) mais aussi Filipe Albuquerque (United Autosports), Nicolas Lapierre (Cool Racing), et l’équipe Panis-Barthez Competition avec Will Stevens et Julien Canal.

Panis-Barthez Compétition passe la 4e avec deux LMP2

L’écurie tricolore Panis-Barthez Competition va entamer au Circuit Paul Ricard sa 4e saison en European Le Mans Series avec deux LMP2. Après l’annonce de l’équipage Stevens/Canal/Binder sur la Ligier JS P217 #23, l’écurie a également officialisé l’engagement d’une seconde voiture sous le #24.

Le premier pilote à avoir été titularisé est Timothé Buret, 23 ans, paré du Prix Jean Rondeau 2016, qui rempile en LMP2, fidèles à Panis-Barthez Compétition : « J’étais impatient de finaliser mon engagement en LMP2 en ELMS. Je suis heureux de pouvoir retrouver la famille PBC, c’est un vrai plus de rouler avec une équipe avec qui j’ai déjà tant partagé sportivement et humainement depuis mes débuts en endurance. Avec la voiture sœur nous allons pouvoir échanger de façon constructive car nous avons créé une incroyable complicité avec Will (Stevens) et Julien (Canal) l’année dernière. »

Le montpelliérain sera associé à un autre jeune loup (24 ans), le russe Konstantin Tereschenko. Lequel se dit ravi : « Depuis le test que j’ai effectué pour eux, à Portimao, je rêvais de pouvoir travailler sur la durée avec des personnes d’une telle qualité. C’est un autre monde pour moi, un niveau de professionnalisme vraiment supérieur. L’atteindre est une opportunité en or. Je vais pouvoir progresser, apprendre, et devenir un meilleur pilote. J’espère marquer des points à chaque course et ne pas commettre d’erreur… »

Un équipage 100% féminin : une première avec Gostner-Frey-Gatting

Pour la première fois dans l’histoire de l’European Le Mans Series un équipage 100% féminin participera à l’intégralité de la saison 2019. Manuela Gostner (Italie), Rahel Frey (Suisse) et Michelle Gatting (Danemark) piloteront la Ferrari F488 GTE n°83 de Kessel Racing. Elles feront leur entrée en piste au Circuit Paul Ricard. Elles ont terminé 6e aux Gulf 12 Heures d’Abu Dhabi (2e en GT3 Pro/Am) au volant de la F488 GT3 du Kessel Racing.
Objectif : terminer en haut du classement ELMS/LMGTE, et performer aux 24 Heures du Mans, avec les soutien de la FIA au travers de la Commission des femmes dans le sport automobile (Women In Motorsport) dont le but est de promouvoir la participation des femmes dans tous les domaines du sport auto.

Gérard Neveu, Directeur Général de l’European Le Mans Series s’avoue « Fier d’accueillir Manuela, Rahel et Michelle au sein du paddock ELMS. Avec le concours de la FIA et de l’ACO nous les soutenons dans leur ambition d’atteindre le sommet de la pyramide de l’Endurance en participant aux 24 Heures du Mans. L’ELMS a toujours encouragé les femmes souhaitant prendre part à notre sport que ce soit en tant que team manager, ingénieur, mécanicien ou pilote. Nous espérons que cet équipage 100% féminin sera une source d’inspiration pour la future génération de pilotes. »

Un événement ouvert gratuitement au public

Les passionnés français seront les premiers à pouvoir admirer les bolides des ELMS en piste, mais également dans leurs stands lors du traditionnel pitwalk et de la séance d’autographes, où ils pourront rencontrer les stars du paddock dont Bruno Senna, Filipe Albuquerque, Nicolas Lapierre, Julien Canal ou encore Will Stevens.
Le week-end des 4 Heures du Castellet sera sous le signe du Sport Automobile avec de nombreuses animations.
Le paddock, ainsi que la grille de départ seront accessibles à tous gratuitement, ce qui offre une chance unique aux fans de ressentir l’émotion à quelques minutes du départ.
Bien d’autres activités et surprises attendront les fans lors des 4 Heures du Castellet les 13 et 14 avril prochain, qui marqueront le lancement de la saison 2019 de l’European Le Mans Series.

Animations pour tous : virtuel, drones, slot racing et crazy kart

Au Village animation, dont l’accès sera inclus avec chaque billet :écran géant, photomaton, simulateur de course avec casque de réalité virtuelle, animation drones pour petits et grands, slot racing géant Scalextric, circuit de Crazy Kart, château gonflable, espace détente.

Dans le rétro des 4H du Castellet 2018

Avec cinq voitures en moins de 30 secondes sous le drapeau à damier franchi à plus de 200km/h de moyenne, et un écart de 4 secondes entre les vainqueurs (Nato-Pla-Petit) et leurs Dauphins (Vaxivière-Perrodo-Duval), les 4 Heures du Castellet avaient lancé l’European Le Man Series au rythme d’un Grand Prix de LMP2 sur le Circuit Paul Ricard. Côté « constructeurs », c’est Oreca qui fit la meilleure opération de ce coup d’envoi de l’European Le Mans Series avec sept châssis Oreca 07 parmi les dix premiers dont ceux aux quatre premières places.

Les podiums 2018
4 Heures du Castellet : 1. Nato-Pla-Petit (Oreca 07-Gibson, Team Racing Engineering) 129 tours en 4h23’’793/1000e et meilleur tour en course en 1’42’’540 à 203,3km/h; 2. Vaxivière-Perrodo-Duval (Oreca 07-Gibson, Team TDS Racing) à 4’’827 ; 3. Ragues-Jamin-Panciatici (Oreca 07-Gibson, Team Duqueine Engineering) à 7’’875… 1. LMP3, 16e au scratch, Farano-Van Uttert-Garofall (Ligier JS P3-Nissan, Team RLR MSport)… 1. LMGTE, 26e au scratch, Griffin-MacDowall-Mouna (Ferrari 488 GTE, Team JMW Motosport).

(Pour recevoir toute l’actualité, les articles et les événements de votre commune dans votre boite mail chaque matin GRATUITEMENT, abonnez-vous à la newsletter en indiquant votre adresse mail dans un message juste en dessous 😉 )

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous aimez nos articles ?

Abonnez-vous à notre newsletter !